DANNA Marcel, Ildephonse

Par Odette Hardy-Hémery, complété par Claude Pennetier

Né le 24 février 1920 à Hasnon (Nord), mort en action le 9 juillet 1944 à Raismes (Nord) ; mineur houilleur ; militant communiste ; chef de compagnie FTPF.

Fils de Jean-Baptiste Danna, mineur à la fosse d’Aremberg, et d’Emilienne Bisiaux qui fut résistante, Marcel Danna marié à Renée Blauwart le 1er mars 1941 à Raismes (Nord), était mineur à Wallers (Nord) au début de l’Occupation. Communiste, il s’engagea en juillet 1942 dans les FTP sous le commandement d’Albert Tricart et faisait partie du détachement 41 « Jemmappes » de la 2e compagnie qu’il commanda dès 1943. Puis, il fut à la tête de la 2e puis de la 5e compagnie FTP. Il établit sa base à Raismes où il cacha l’armement lourd. Les actions se succédèrent : exécution de deux gendarmes à Bellaing le 1er novembre 1943 grièvement blessés mais survécurent), dans le même temps il coopérait avec les gendarmes résistants ; attaque avec succès le 3 janvier 1944 de la prison de Valenciennes avec Gilbert Parisse* et d’autres résistants. Le 19 janvier 1944, sectionnement des câbles téléphoniques allemands desservant le camp d’aviation de Prouvy ; exécution d’un traître infiltré dans les rangs des FTP le 26 février. Le lendemain du débarquement, le 7 juin, Marcel Danna attaqua et détruisit un poste de DCA allemand à Aniche. En juin 1944, le détachement passa sous commandement FFI et devint la compagnie « Normandie ».
Le 10 juillet 1944, Marcel Danna tomba dans une embuscade tendue par la gendarmerie allemande (GFP) au bois Lecat dans la forêt de Raismes. Il engagea le combat pour permettre à ses compagnons de s’échapper. Bien que touché par plusieurs balles, il retint les policiers et fut finalement abattu. Marcel Danna avait à son actif soixante-cinq opérations. Les Allemands refusèrent de dire à la famille où il était inhumé. On apprendra après la Libération que son corps, avec celui de Gilbert Parisse, avait été désintégré à la chaux-vive au fort de Curgies.
Il fut reconnu comme Mort pour la France, Interné résistant (DIR), FFI et FFC au sein du réseau Buckmaster. Il a été décoré de la médaille de la Résistance le 31 mars 1947.
Son fils, prénommé également Marcel, né le 28 mars 1943 à Beuvrages, nous écrit en novembre 2021 :
"Concernant l’exécution de deux gendarmes, j’ai un sérieux doute, en me référant aux dires reçus par le passé d’un des compagnons de mon père et à un article de presse dans “la voix du Nord ?” , relatant que les gendarmes sortaient de l’hôpital avec des séquelles (l’un d’entre eux avait reçu une balle dans la cuisse et l’autre au visage)
Effectivement, après avoir promené et montré son corps dans différentes prisons “pour faire avouer des détenus” les Allemands refusèrent de dire où Marcel Danna était inhumé. Après la découverte au fort de Curgies, ma grand-mère Danna Émilienne fut conviée et grâce à une mâchoire à convenue que le corps de son fils devait être là. Une tombe a été ajoutée au cimetière militaire, nécropole nationale d’Haubourdin (Nord) (tomeb 1447, DANNA Marcel Capitaine décédé le 9 Juillet 1944)."
L’affaire du tir contre les deux gendarmes d’Hérin a été évoqué, en février 1949, devant la Chambre des Mises en accusation de Metz qui renvoya le dossier au Tribunal militaire de Metz considérant que les FTPF relevaient d’un maquis régulier. Les attendus évoquent une action de réquisition contre une ferme, les cultivateurs pensant avoir à faire à des malfaiteurs avaient alertés les gendarmes. Il furent arrêtés par les résistants mais Danna avait donné l’ordre de ne pas tirer. Un autre groupe de trois gendarmes furent interpellés par Danna. Des coups de feu partirent blessant très grièvement les gendarmes Moreau et Delinotte.(A travers la Région, 17 février 1949.
Sa mère, Émilienne, résistante FTPF comme toute sa famille, fut maire de Wallers à la Libération. Ses frères furent aussi résistants ; l’un d’eux fut déporté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21415, notice DANNA Marcel, Ildephonse par Odette Hardy-Hémery, complété par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 21 novembre 2021.

Par Odette Hardy-Hémery, complété par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Musée de la Résistance à Denain. — Jean Estager, Ami, entends-tu. La résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Messidor-Éditions sociales, 1986. — Message de son fils, Marcel Danna, novembre 2021. — Livret de famille du couple Danna. — SHD, AVCC, Caen, AC 21 P 112309, AC 21 P 62 8558 ; SHD Vincennes, GR 16 P 156809 (nc). — Henri Danna, Quatre ans de Résistance, ed. Benevent, 2004.

ICONOGRAPHIE : Arch. Musée de la Résistance à Denain.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément