MARTIN Jacques, René, Joseph

Par Michel Thébault

Né le 1er juillet 1925 à Rosnay (Indre-et-Loire), exécuté sommairement le 28 août 1944 à Yzeures-sur-Creuse (Indre-et-Loire) ; étudiant ; résistant ORA d’Indre-et-Loire, maquis Conty-Freslon.

Jacques Martin était le fils de Raphaël, Célestin, Marie, Joseph Martin et de Cécile, Jeanne Guillon. En 1944, âgé de 19 ans, étudiant et célibataire, il était domicilié à Yzeures-sur-Creuse, à la limite des départements de la Vienne et de l’Indre. Il s’engagea dans la Résistance, au sein du maquis de l’ORA Conty-Freslon, créé en mars 1944 dans le secteur d’Abilly et de La Haye-Descartes, à la limite du département de la Vienne, à quelques kilomètres au nord d’Yzeures-sur-Creuse. Ce maquis était en août 44, sous les ordres, avec plusieurs maquis de la Vienne proche, de Claude Gros, alias César ou Adiabatique, parachuté à Douadic (Indre) le 17 juin 1944 comme Délégué Militaire Régional Intérimaire du BCRA (Bureau Central de Renseignements et d’Action) gaulliste. Dans la deuxième quinzaine du mois d’août 1944, la situation militaire de l’armée allemande sur le front de l’ouest se dégrada brutalement. Le 19 août un ordre de repli général fut donné aux unités allemandes stationnées dans le sud-ouest. Le passage par le seuil du Poitou devint un enjeu stratégique essentiel et les combats se multiplièrent dans le secteur, le long des axes menant vers le nord et l’est du département de la Vienne. L’évacuation vers l’est à partir du 26 août (Roger Picard op. cit) de la légion hindoue, et du groupement de marche du sud-ouest, qui réunissait environ 25 500 hommes sous les ordres du général Botho Elster fut ponctuée de violences et d’exactions. Les 27 et 28 août des incidents se produisirent dans le secteur de La Roche-Posay (Vienne) mettant aux prises des éléments des maquis locaux et les troupes allemandes en retraite, et infligeant à ces dernières des pertes humaines. Le passage du pont de Preuilly entre La Roche-Posay et Yzeures-sur-Creuse, au franchissement de la Gartempe et de la Creuse devint un enjeu essentiel. Le commandement allemand prit à La Roche-Posay, 40 hommes en otage pour négocier avec la Résistance locale le maintien du pont en l’état. C’est sur ce pont que fut arrêté le 28 août, Jacques Martin, agent de liaison, transportant des messages pour la Résistance. Il fut vraisemblablement exécuté sommairement lors du départ de la colonne Elster le 28 août au soir (son acte de décès indique 23 heures). Son corps ne fut retrouvé que le 11 septembre 1944 au lieu-dit La Borderie, commune d’Yzeures.
Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué FFI par décision du 5 novembre 1957. Son nom est inscrit sur le monument aux morts d’Yzeures-sur-Creuse et sur le monument commémoratif de Descartes, à l’entrée du pont sur la Creuse, dédié aux morts pour la France du maquis Conty Freslon. Une stèle placée à la sortie du pont de Preuilly, à l’entrée d’Yzeures-sur-Creuse rappelle aussi sa mémoire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article214264, notice MARTIN Jacques, René, Joseph par Michel Thébault, version mise en ligne le 6 avril 2019, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 397919 — Arch. Dép. Indre-et-Loire (état civil en ligne) — Roger Picard Hommes et combats du Poitou Ed. Martelle 1994 — Dossier Jean Naloha, ONACVG de la Vienne — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément