DARCHICOURT Fernand, Joseph, Ildephonse

Par Yves Le Maner

Né le 26 septembre 1917 à Saint-Étienne (Loire), mort le 23 décembre 1968 près de Chartres (Eure-et-Loir) ; métallurgiste, ouvrier mineur, puis chef de chantier dans une entreprise de travaux publics ; militant socialiste ; député-maire d’Hénin-Liétard (Pas-de-Calais) de 1958 à 1968.

Chauffeur de rivets dans une usine d’Hénin-Liétard, puis mineur à Dourges (Pas-de-Calais), Fernand Darchicourt adhéra aux Jeunesses socialistes en 1930 et devint, en 1938, secrétaire fédéral adjoint de ce mouvement pour le Pas-de-Calais. Fait prisonnier en 1940, il fut rapatrié par train sanitaire en novembre 1943 et se lança immédiatement dans la Résistance au sein du réseau « Voix du Nord ». Secrétaire de la section socialiste d’Hénin-Liétard, Darchicourt fut élu conseiller municipal en décembre 1944, le maire étant le communiste Nestor Calonne. Secrétaire de la fédération des Jeunesses socialistes et secrétaire administratif de la fédération socialiste du Pas-de-Calais de 1945 à 1947, il fut délégué de la SFIO au Conseil de la République en 1946. Élu maire d’Hénin-Liétard en 1953, conseiller général du canton de Carvin en 1955, Darchicourt était secrétaire permanent de la Fédération nationale des anciens prisonniers de guerre depuis 1946 (il conserva cette fonction jusqu’en 1956) ; ce fut à ce titre qu’il fut conseiller technique au cabinet de Tanguy-Prigent*, ministre des Anciens combattants dans le cabinet Guy Mollet* (février 1956-juin 1957). Élu député socialiste de la 14e circonscription du Pas-de-Calais (Carvin) en 1958, réélu en 1962 et en juin 1968, il siégea jusqu’à son décès en décembre 1968. Il fut également conseiller général d’Hénin-Liétard et conserva ce mandat jusqu’à sa mort en 1968.

Fernand Darchicourt était chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la Croix du combattant et de la médaille de la Résistance.

Un autre socialiste, Jacques Piette, lui succéda à la mairie, avec la difficile tâche d’accompagner la fermeture du dernier puits de mine en octobre 1970 et de fusionner Hénin-Liétard et Beaumont-en-Artois. Pierre Darchicourt, le fils de Fernand Darchicourt, prit sa suite en 1988 jusqu’en 2001.

Un lycée d’Hénin-Beaumont porte le nom de Fernand Darchicourt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21438, notice DARCHICOURT Fernand, Joseph, Ildephonse par Yves Le Maner, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 11 décembre 2008.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Guy Mollet, 131 : D Darchicourt Fernand (1958-1969), 3 lettres et discours de Guy Mollet à ses obsèques. — Article de M. Wolf, in Revue du Nord, n° 227-195. — Le Monde, 24 décembre 1968. — Renseignements fournis par la mairie d’Hénin-Beaumont.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément