CABOT Joseph

Par Jean-Louis Panicacci

Né en 1921 à Saint-Denis du Sig (département d’Oran, Algérie), mort au combat le 3 mai 1944 à Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) ; ingénieur radio ; résistant ORA.

Célibataire, « Pied noir , scout de France, ayant obtenu le diplôme d’ingénieur des Arts et Métiers à Aix-en-Provence, il fut ensuite formé en Algérie aux missions spéciales et aux émissions radio où il excella. Il fut parachuté en France le 21 octobre 1943 dans la Drôme, près de Dieulefit, en compagnie de son chef Gabriel Mazier alias capitaine François. Après avoir accompli diverses opérations de sabotage, ils reçurent la consigne de s’établir entre les Basses-Alpes et les Alpes-Maritimes. Ayant rencontré un certain nombre de patriotes pugétois décidés à travailler dans la clandestinité à leurs côtés, ils s’installèrent à Puget-Théniers où ils centralisèrent les opérations de parachutages devant avoir lieu sur divers terrains du haut-pays niçois à cheval sur les Alpes-Maritimes et les Basses-Alpes, le plus important d’entre eux étant celui de Dina, sur le territoire de Rigaud, au-dessus du chef-lieu de canton pugétois. Joseph Cabot passa des dizaines de messages à Alger afin d’obtenir des parachutages d’armes et de munitions destinées aux divers maquis de l’ORA et pas seulement au groupe François.
Lors de l’opération de représailles du kommando Sipo-SD Nizza à Puget-Théniers, le 3 mai 1944, il parvint à fuir la grange du Déroubé où il avait passé la nuit dans la paille, au-dessus des armes parachutées, grange que l’ennemi et les gendarmes avaient encerclée et que le capitaine François avait dégagée en lançant deux grenades et plusieurs rafales de mitraillette, en emportant ses codes et plusieurs armes, dont une grenade Gamon qui explosa au cours de sa course éperdue vers le fleuve Var, le déchiquetant tandis qu’elle blessait sérieusement son chef.
Une stèle honorant sa mémoire sur le chemin du Déroubé a été inaugurée par la municipalité pugétoise en 1946. Joseph Cabot est enterré dans le cimetière de Puget-Théniers et son nom figure sur le monument aux morts du village.
Sa tombe est au cimetière de Puget-Théniers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article214776, notice CABOT Joseph par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 19 avril 2019, dernière modification le 3 mai 2021.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, martyrologe — Gabriel Mazier, Un officier d’occasion dans le haut-pays niçois, Nice, Croix de guerre, 1992 — Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la Deuxième Guerre mondiale, Nice, Serre, 1997 — Colette et Michel Bourrier, La Résistance au fil du Var, Nice, Serre, 2003.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément