MORALES Jean (Juan Antonio)

Par Jean-Louis Panicacci

Né le 14 janvier 1894 à Cieza (Espagne, province de Murcie), mort au combat le 28 août 1944 à Nice (Alpes-Maritimes) ; employé de commerce ; résistant FTPF.

Marié, sans enfant, Jean Morales fut naturalisé en 1936.
Entré dans la Résistance en 1942 au sein du groupe René, il diffusa des tracts et journaux clandestins. En 1943, il fut chargé d’assurer des liaisons avec les maquis bas-alpins avant d’intégrer le détachement de commandement de Nice, plus particulièrement chargé de collecter des renseignements. Il fut nommé adjudant-chef le 15 mai 1944
Lors de l’insurrection niçoise, il occupait la Préfecture aux côtés de son chef René Canta.
Envoyé en patrouille dans les ruelles du Vieux-Nice, il abattit plusieurs ennemis avant d’être mortellement blessé par un obus de mortier tiré depuis le Château vers 15 heures 40, décédant à l’hôpital Saint-Roch à 22 heures 15.
Une plaque honorant sa mémoire fut inaugurée en 1946 rue de la Préfecture et déplacée sur la place du Palais en 1994.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article214839, notice MORALES Jean (Juan Antonio) par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 19 avril 2019, dernière modification le 19 avril 2019.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la Deuxième Guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Nice, Serre, 1997. — Ville de Nice, La liste : 28 août 1944. Ils sont morts en héros pour libérer leur ville, 2014. — Michel Goury, Notre liberté, les martyrs niçois du 28 août 1944, Nice, Mémoires millénaires, 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément