VOLANTI Blanche [JENART Blanche épouse VOLANTI].

Par David Noël

Née le 2 novembre 1909 à Dourges (Pas-de-Calais), morte le 6 août 1987 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) ; trieuse puis gérante de cafés et brasseries ; militante communiste du Pas-de-Calais ; résistante internée puis capitaine FTP ; conseillère municipale d’Hénin-Liétard (1945-1947) ; militante de l’Union des Femmes Françaises, de la FNDIRP et de l’ANACR.

Lors de sa remise de la Légion d’honneur remise le 26 mai 1984

Née le 2 novembre 1909, à Dourges dans une famille ouvrière, Blanche Jenart travailla à la mine comme trieuse dès l’âge de douze ans.
Elle adhéra aux Jeunesses communistes et rejoignit le Parti communiste français.
Elle épousa Albert Volanti avec qui elle a eu huit enfants.
Au début de l’Occupation, elle s’engagea dans la résistance aux côtés de Charles Debarge comme agent de liaison. Au début de 1941, elle préparait la grève des mineurs du bassin minier de mai-juin 1941 aux côtés de Michel Brûlé, se rendant dans les cités minières pour mobiliser les mineurs et collecter des fonds. A leur domicile d’Hénin-Liétard, Blanche et son mari Albert Volanti cachèrent et hébergèrent de nombreux résistants dont Serge Havet et Laurent Leterme. Elle participa le 14 octobre 1941 au sabotage de la voie ferrée Lens-Douai par Corbehem. Arrêtée par la Gestapo à la suite d’une dénonciation dans la nuit du 14 au 15 octobre 1941 avec son mari et Laurent Leterme, elle fut internée à la prison de Douai. Condamnée par le conseil de guerre d’Arras à 2 ans de prison le 20 avril 1942, elle fut transférée à la prison de Loos-les-Lille d’où elle fut libérée le 19 décembre 1943.
Elle rejoignit aussitôt les FTP, en charge notamment de la mobilisation des femmes, des collectes de fonds et de l’hébergement des résistants évadés de prison. Nommée capitaine de compagnie FTP en août 1944, elle participa aux combats de la libération avant d’être nommée membre de la délégation spéciale mise en place par le sous-préfet de Béthune le 5 septembre 1944 sous la présidence de Julien Splingart.
Candidate sur la liste communiste menée par Nestor Calonne aux élections municipales du 15 mai 1945 à Hénin-Liétard, elle faisait partie de la commission du ravitaillement et de l’agriculture animée par Alfred Daniaux, qui occupait le poste de premier adjoint.
Après la défaite de la liste communiste aux municipales de 1947, Blanche Volanti géra successivement des cafés, une brasserie et un hôtel d’Hénin-Liétard – devenue Hénin-Beaumont en 1971 après la fusion avec le village de Beaumont-en-Artois – tout en continuant de militer au sein du Parti communiste, de l’Union des femmes françaises, de la FNDIRP et de l’ANACR.
Décorée de la Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, de la Croix du Combattant, de la Médaille Militaire et de la Croix de la Résistance polonaise, elle fut élevée au rang de chevalier de la Légion d’honneur remise le 26 mai 1984 par Jacques Piette, maire, conseiller général d’Hénin-Beaumont et Compagnon de la Libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215132, notice VOLANTI Blanche [JENART Blanche épouse VOLANTI]. par David Noël, version mise en ligne le 2 mai 2019, dernière modification le 3 mai 2019.

Par David Noël

Lors de sa remise de la Légion d’honneur remise le 26 mai 1984

SOURCES : Archives municipales d’Hénin-Beaumont, registre des délibérations du conseil municipal, 1W22 — Nord Matin, du 26 mai 1984 — Discours de funérailles prononcé par Georges Derœux le 10 août 1987 — Entretien de David Noël avec Michel Volanti, Hénin-Beaumont, 28 avril 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément