PACAUD Marcel, Louis, Alphonse

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 9 juillet 1921 à Créteil (Val-de-Marne), mort en action le 29 août 1944 à Avot (Côte-d’Or) ; gendarme ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Marcel Pacaud était le fils de Louis Lucien et de Louise Constance Talon. Il était marié avec Henriette Joséphine Mamet.
Il entra dans la gendarmerie et devint sous-officier à la brigade territoriale de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) dans la 8e Légion de gendarmerie puis à la brigade de Grancey-le-Château (Côte-d’Or).
Au moment du débarquement le maquis Amilcar créé par Jacques Monget à Grancey-le-Château reçut le renfort de la brigade gendarmerie de Grancey avec son chef en tête.
Le 29 août le maquis Amilcar fut appelé en renfort pour dégager le maquis "Lucius" d’Avot, qui était attaqué par l’ennemi. Quatre maquisards furent blessés et Marcel Pacaud fut tué dans l’engagement sur la commune d’Avot, près de Marey-sur-Tille (Côte-d’Or).
Il est inhumé au cimetière communal, à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie).
Il fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la stèle commémorative des FFI, à Marey-sur-Tille et le monument aux morts à Grancey-le-Château (Côte-d’Or) et sur le monument aux morts du cimetière, à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215235, notice PACAUD Marcel, Louis, Alphonse par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 4 mai 2019, dernière modification le 4 mai 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or tome III, pages 168 à 170, Dijon, 1993.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément