ARDAIX Jean, Léon

Par Daniel Grason

Né le 18 juillet 1892 à Montaut arrondissement de Pau (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort le 18 janvier 1944 à Neuengamme (Allemagne) ; chef de manœuvre à la SNCF ; résistant ; déporté.

Jean Ardaix
Jean Ardaix

Fils de Jean Pierre, trente-sept ans, laboureur et de Marie née Lalanne, ménagère, vingt-huit ans, Jean Ardaix obtint à l’issue de l’école primaire le CEP. De la classe 1912, recrutement de Mirande dans le Gers, il a été appelé au 9ème Régiment d’infanterie à Agen (Lot-et-Garonne). Il fut démobilisé le 14 mars 1919 au 14ème Escadron du Train à Montauban (Tarn-et-Garonne). Blessé lors des combats en 1914 il a été pensionné à 20%.
Il travailla dès 1919 à la SNCF, il devint chef de manœuvre à la gare de Gennevilliers (Seine, Hauts-de-Seine). Il épousa en 1922 Marie Barana, le couple eut un fils. La famille vivait dans un pavillon 3 allée du Clos-Gillet à Ermont (Seine-et-Oise, Val-d’Oise). Jean Ardaix n’était membre d’aucun parti politique.
En 1943 il fit la connaissance de Jeanne Gilbert, puis de sa sœur Rolande Damothe. Cette dernière lui demanda d’accueillir quelques heures un réfractaire, il accepta lui offrit le couvert, il se prénommait « Robert » [Vimont]. Ce dernier revint le voir en mars 1944 accompagné son épouse. La conversation porta sur le déraillement qui avait eu lieu dans la nuit vers 4 heures du matin à Cernay-la-Ville.
Le 29 mars 1944 vers 20 heures accompagné de sa femme revint chez Jean Ardaix, il demanda si ils pouvaient passer la nuit, il accepta. Ardaix quitta son domicile à cinq heures du matin pour Gennevilliers, revint après 15 heures. Vimont et sa compagne étaient toujours là, ils partirent à 18 heures. Le 31 mars vers 22 heures, nouvelle visite du couple Vimont qui resta pour la nuit, quittèrent les lieux à 10 heures du matin pour Enghien-les-Bains.
Jean Ardaix n’ignorait pas l’activité de Robert Vimont, celui-ci lui avait confié qu’il était « repéré par la police » et qu’il était Franc-tireur. Travaillant à la SNCF Jean Ardaix avait appris que les « requis » qui gardaient les voies s’étaient fait voler leurs papiers et avaient été menacés s’ils parlaient.
Le 2 avril 1944 vers 23 heures, cinq inspecteurs de la BS2 se présentèrent au domicile de Jean Ardaix. Le bilan de la perquisition fut maigre : trois feuilles de cartes textiles cadeau de Robert Vimont.
Interrogé par des inspecteurs de la BS2, Jean Ardaix a ensuite été livré aux allemands qui le transférèrent dans le quartier allemand de la prison de Fresnes.
Jean Ardaix était le 15 juillet 1944 dans le convoi de 1522 hommes à destination du camp de Neuengamme (Allemagne). Affecté en septembre 1944 au kommando de travail Hamburg-Spaldingstrasse, 2000 détenus travaillaient à des travaux de déblaiement après les bombardements et à la construction navale, un travail physique et épuisant. Matricule 36889 Jean Ardaix mourut au camp de Neuengamme le 18 janvier 1944.
Le lieu d’habitation de Jean Ardaix étant en dehors du ressort de la préfecture de police, son épouse ne fut pas auditionnée par la commission d’épuration de la police. Jean Ardaix a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF) et Déporté interné résistant (DIR).
Le nom de Jean Ardaix a été gravé sur le Monument aux morts d’Épinay-sur-Seine (Seine, Seine-Saint-Denis), et dans la nécropole Nationale Le Struthof Carré F, rang 1, tombe 19.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215440, notice ARDAIX Jean, Léon par Daniel Grason, version mise en ligne le 10 mai 2019, dernière modification le 10 mai 2019.

Par Daniel Grason

Jean Ardaix
Jean Ardaix

SOURCES : Arch. PPo. GB 131, 77 W 3111-291698, KB 96. – Bureau Résistance GR 16 P 16360. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Site internet GenWeb. – État civil numérisé AD Pyrénées-Atlantiques commune de Montaut 1874-1898 2MIEC400, acte n° 19.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 171

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément