DAUPHIN Georges

Par François Prigent

Né le 22 avril 1935 à Arzano (Finistère) ; agriculteur ; militant de la JAC ; syndicaliste agricole, responsable CDJA dans le Finistère, président de la FDSEA (1969-1973) ; conseiller général PS d’Arzano (1979-1992) ; maire d’Arzano (1983-2001).

Né dans une famille de petits agriculteurs votant « républicain de gauche », Georges Dauphin passa par les écoles publiques et catholiques du Morbihan (notamment à Guiscriff où enseignait le futur dirigeant de la SFIO du Morbihan Yves Guélard*). Après son certificat d’études primaires, il poursuivit sa formation à Saint-Joseph à Lorient, où il obtint son BEPC en 1950. Au terme de deux années au lycée agricole privé du Nivot à Lopérec (Finistère), il entra dans la vie active dès 1952 (BEPC, études agricoles). Engagé dans la foulée à la JAC, il en fut le président (1959-1962) pour la zone de Quimperlé.
Très marqué par son service militaire en Algérie en 1956-1958, il commença alors un cheminement politique au sein de la JAC. Au moment des débats sur la Guerre d’Algérie qui agitent fortement cette génération de cadres syndicalistes paysans, il suivit Bernard Lambert* (ancien parlementaire MRP en 1958, engagé dans le PSU pour la « lutte des classes dans le monde paysan ») dans les réseaux du CDJA, opposés à la ligne conservatrice de la FNSEA. Responsable cantonal du CDJA dès 1965, il intégra le bureau départemental de la FDSEA en 1967, au titre des positions de la tendance progressiste. Devenu président départemental de la FDSEA (1969-1973), puis membre de la Chambre d’agriculture, il afficha sa sensibilité de gauche tout en entrant sur la liste ouverte du maire conservateur d’Arzano en 1971.
Tout en lui apportant son soutien public, Georges Dauphin refusa d’être le suppléant de Louis Le Pensec* aux législatives de 1973, élu jeune député PS de Quimperlé. Les contacts noués durant cette période influencèrent fortement son basculement à gauche concrétisé par son adhésion au PS en 1975, au moment des Assises du Socialisme. Fort de ses antécédents syndicaux et de son activité concrète dans les milieux coopératifs agricoles (notamment comme président de la CUMA cantonale), il fut élu conseiller général d’Arzano en 1979 dans un canton ancré à droite. En 1983, il prit la mairie d’Arzano, menant une liste un peu plus politisée et marquée au centre gauche. Battu aux cantonales de 1992 dans un contexte difficile pour la gauche socialiste, ce fut Marie-Isabelle Doussal (PS) qui lui succéda au conseil général en 1998 puis à la mairie en 2001. Président de la COCPAQ (communauté de communes) jusqu’en 2001, il incarna donc dans le Finistère cette fraction progressiste du monde paysan, venue dans les années 1950-1970 de la droite par les réseaux chrétiens et syndicaux par touches successives, qui contribua grandement à la conversion de la Bretagne au socialisme entre 1981 et 2004. Son itinéraire s’apparentait aux mêmes logiques que les trajectoires de Jean Le Floc’h*, Joseph Guénanten*, Louis Le Guern*, Louis Chopier* ou Maurice Thareau* dans les autres départements de l’Ouest breton, responsables CDJA, issus des filières chrétiennes progressistes, passés au PS.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21553, notice DAUPHIN Georges par François Prigent, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 6 juin 2016.

Par François Prigent

SOURCES : Entretien avec Georges Dauphin, Marie-Isabelle Doussal, Jean Le Floc’h*, Maurice Thareau et Joseph Guénanten. CHT de Nantes (fonds Maresca). — Articles d’Ouest-France sur la vie socialiste locale (1971-2004). — Fer de Lance, collection personnelle de la revue syndicale agricole. — Didier Hascoët, De la JAC à la politique. 5 itinéraires finistériens, ed Calligramme, 2005. — François Prigent, « Les élus socialistes en Bretagne : réseaux, trajectoires et identités des années 30 aux années 80 », in Christian Bougeard (dir), Un siècle de socialismes en Bretagne : de la SFIO au PS (1905-2005), PUR, février 2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément