COURATIN Pierre

Par Michel Thébault

Né le 22 octobre 1921 à Beaulieu-lès-Loches (Indre-et-Loire), mort en action le 1er septembre 1944 à à La Haye-Descartes (aujourd’hui Descartes, Indre-et-Loire) ; cuisinier ; résistant ORA d’Indre-et-Loire, maquis Conty-Freslon.

Pierre Couratin
Pierre Couratin

Pierre Couratin était le fils de Daniel, Onésime Couratin (né le 6 décembre 1894 à Beaulieu-lès-Loches), menuisier, et de Suzanne, Claire, Marie Maupoux (née le 2 septembre 1896 à Chambourg-sur-Indre). Son père mobilisé en septembre 1914 dans l’infanterie, caporal en 1917 ne fut démobilisé qu’en septembre 1919. Ses parents s’étaient cependant mariés le 9 février 1918 à Chambourg-sur-Indre. Ils étaient domiciliés à Beaulieu lors de la naissance de leur fils Pierre. Après avoir résidé quelques années à Ligueil (Indre-et-Loire), la famille revint en 1932 s’installer à Beaulieu, demeurant Mail Saint-Pierre. Pierre Couratin fit à Loches un apprentissage de cuisine et de service dans un café-hôtel-restaurant. Il se fiança en juin 1944 au Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) avec Léone Tortissier (fille d’un couple de jardiniers du Grand-Pressigny).

En 1944, âgé de 22 ans, il s’engagea dans la Résistance au sein du maquis de l’ORA Conty-Freslon, créé en mars 1944 dans le secteur d’Abilly et de La Haye-Descartes, à la limite des départements de la Vienne et de l’Indre-et-Loire. Ce maquis était en août 44, sous les ordres, avec plusieurs maquis de la Vienne proche, de Claude Gros, alias César ou Adiabatique, parachuté à Douadic (Indre) le 17 juin 1944 comme Délégué Militaire Régional Intérimaire du BCRA (Bureau Central de Renseignements et d’Action) gaulliste. Pierre Couration y fut caporal, à la 2ème compagnie, 3ème section. Dans la deuxième quinzaine du mois d’août 1944, la situation militaire de l’armée allemande sur le front de l’ouest se dégrada brutalement. Le 19 août un ordre de repli général fut donné aux unités allemandes stationnées dans le sud-ouest. Le passage par le seuil du Poitou devint un enjeu stratégique essentiel et les combats se multiplièrent dans le secteur, le long des axes menant vers l’est du département de la Vienne, l’Indre et l’Indre-et-Loire. L’évacuation vers l’est à partir du 26 août (Roger Picard op. cit) de la légion hindoue, et du groupement de marche du sud-ouest, qui réunissait environ 25 500 hommes sous les ordres du général Botho Elster fut ponctuée de violences et d’exactions. Le franchissement de la Creuse fut l’objet de violents combats. Le 30 août, le maquis Conty-Freslon investit la Haye-Descartes avec 200 hommes pour interdire le franchissement de la rivière. Des combats se déroulèrent à partir de 12 heures 30 autour du pont sur la Creuse. Les troupes allemandes furent repoussées (abandonnant 32 prisonniers, du matériel et subissant des pertes humaines) ; les ponts de la Haye-Descartes et Leugny furent partiellement détruits. De nouveaux affrontements eurent à nouveau lieu les 31 août et 1er septembre. Le maquis parvint à empêcher le passage contraignant les unités allemandes à passer plus au sud et libérant ainsi La Haye-Descartes. Ce fut dans les combats du 1er septembre que fut tué, à son poste de combat, Pierre Couratin, embusqué sur le quai de la Creuse qui porte aujourd’hui son nom. Il fut inhumé au cimetière communal de Beaulieu-lès-Loches.

Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Beaulieu-lès-Loches ainsi que sur le monument commémoratif de Descartes, à l’entrée du pont sur la Creuse, dédié aux morts pour la France du maquis Conty Freslon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215642, notice COURATIN Pierre par Michel Thébault, version mise en ligne le 21 mai 2019, dernière modification le 6 avril 2021.

Par Michel Thébault

Pierre Couratin
Pierre Couratin

SOURCES : SHD Caen AVCCC AC 21 P 109388 (à consulter) — Arch. Dép. Indre (état civil en ligne, registre militaire) — Arch. Dép. d’Indre-et-Loire, E 020, H 25 — Roger Picard Hommes et combats du Poitou Ed. Martelle 1994 — DVD AERI Indre-et-Loire (article Pierre Gandet, la Libération de La Haye-Descartes) — Notes Vincent Audren — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb — Renseignements Émilie Martin-Singh, petite-nièce de Pierre Couratin.

Version imprimable Signaler un complément