ACKERKNECHT Erwin, Heinz

Par Pierre Broué

Né le 1er février 1906 à Stettin, mort le 18 novembre 1988 à Zurich (Suisse) ; médecin ; militant communiste oppositionnel.

Fils du directeur de la bibliothèque de Stettin, Erwin Ackerkriecht fut d’abord étudiant à Fribourg où il subit fortement l’influence des écrits de Franz Pfemfert, puis à Berlin où il adhéra en 1926 aux Jeunesses communistes. Il termina ses études de médecine à Leipzig où il adhéra au KPD, fondant avec R. Sobolevicius — plus tard démasqué comme agent des services secrets soviétiques — le groupe Bolschewistische Einheit (Unité bolchevique) qui rejoignit le Leninbund en 1929. En 1930, il entra avec ce groupe dans l’Opposition de gauche unifiée allemande (VLO) et prit en 1931 la succession de Sobolevicius, devenu Roman Well, à la tête de cette organisation en Saxe, C’est pour commencer la lutte contre Well que Lev Sedov, fils de Trotsky, l’appela à Berlin où il travailla comme psychiatre tout en étant membre de la Reichsleitung de la VLO et du Secrétariat international de l’Opposition de gauche (SI). En janvier 1933, après l’élimination de Well et de son groupe, il fut le principal dirigeant de la VLO et combattit par écrit les thèses de Trotsky sur la faillite du KPD, tout en organisant son groupe dans la clandestinité.
Sorti d’Allemagne sur décision du SI, il se rallia à Trotsky qui appelait alors à construire « de nouveaux partis et une nouvelle Internationale », séjourna à Prinkipo puis s’établit à Paris où il assura les contacts avec le SAP, par l’intermédiaire de Jacob Walcher. Après l’échec de la tentative de fusion avec ce dernier, il anima le SI, entrant notamment en conflit avec Trotsky au sujet de Ruth Fischer et d’Arkadi Maslow dont il réussit à empêcher l’entrée dans la section allemande de l’Opposition, devenue IKD. Opposé en 1934 à 1’« entrisme » dans la SFIO, il rompit avec Trotsky par une « lettre ouverte » adressée aux lecteurs d’Unser Wort. Il adhéra au SAP en mars 1935 et y anima à partir de 1936, avec Walter Fabian, une opposition de gauche qui publiait le bulletin Neuer Weg. Il collabora un temps avec L. Sedov dans l’organisation de la lutte contre les procès de Moscou.
Il abandonna toute activité politique en 1938. Interné administratif en France en 1939, il fut libéré en 1940 et réussit à émigrer aux États-Unis où, après des années difficiles, il entra dans le groupe d’histoire de la médecine de Baltimore en 1942 ; en 1945, il devint assistant au Musée d’histoire naturelle de New York. Il fut ensuite professeur d’histoire de la médecine à l’Université de Madison de 1947 à 1957 et s’installa à Zurich au moment de sa retraite en 1957.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215930, notice ACKERKNECHT Erwin, Heinz par Pierre Broué, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 18 juin 2019.

Par Pierre Broué

ŒUVRE : La Médecine hospitalière à Paris : 1794-1848,1986.

SOURCES : Ailes, Trotskisten. op. cit. —P. Broué, Trotsky, Paris, 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément