ANDRÉ Edgar

Par Pierre Broué

Né le 7 janvier 1894 à Aix-la-Chapelle, décapité le 4 novembre 1936 à Hambourg ; militant communiste antinazi.

Fils de petits artisans d’Aix-la-Chapelle, orphelin très jeune, Edgar André passa son enfance en Belgique. A sa sortie de l’école, il devint apprenti dans le bâtiment et adhéra aux Jeunes Gardes socialistes. Mobilisé en 1914 dans l’armée allemande, il fut fait prisonnier sur le front français. A son retour, il travailla comme docker à Hambourg et adhéra au SPD. Il anima ensuite le Comité de chômeurs, en devint le président à Hambourg et rejoignit le KPD en 1922. Il dirigea les groupes de combat du KPD, la Ligue des combattants du Front rouge (RFB), de 1925 à son interdiction en 1929, continuant dans l’illégalité. Ces activités lui valurent à partir de 1929 une haine féroce de la part des nazis, car ses hommes avaient souvent le dessus dans les batailles avec les SA. Ceux-ci organisèrent contre lui, le 14 mars 1931, un attentat où périt Ernst Henning, député communiste au Parlement de Hambourg, que les SA avaient pris pour André. Edgar André était conseiller municipal de Cuxhaven où il dirigea également le syndicat des marins et pêcheurs. Il fit un bref séjour en France en 1932. Arrêté le 5 mars 1933, accusé de plusieurs meurtres, il fut effroyablement maltraité en prison par les SA. Son procès s’ouvrit le 4 mai 1936 ; il fut condamné à mort le 10 juillet, apparemment sous la pression personnelle de Hitler et décapité à la hache, le 4 novembre 1936, malgré la campagne mondiale en sa faveur. Il s’était comporté devant les juges et se comporta devant le bourreau avec un grand courage. La légende dans le mouvement allemand lui attribue la paternité du salut le poing levé, comme symbole d’unité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215936, notice ANDRÉ Edgar par Pierre Broué, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 18 juin 2019.

Par Pierre Broué

SOURCES : Martha Berg-Andrê, Edgar André, mon compagnon de vie et de lutte, s.l., 1936. — M. Willard, La défense accuse... de Babeuf à Dimitrou, Paris, 1938. — Duhnke, KPD, op. cit. — Weber, Wandlung, op. cit. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément