BECKER Hermann, Heinrich

Par Jacques Droz

Né le 15 octobre 1820 à Elberfeld, mort le 9 décembre 1885 à Cologne ; révolutionnaire socialiste en 1848.

Fils d’un médecin, Hermann Becker fit de solides études universitaires et de¬vint en 1848 à Cologne référendaire auprès du tribunal. Il faisait partie de la petite bourgeoisie démocrate qui était en relation avec les groupes déjà acquis aux idées communistes. En septembre 1848, il appartint à la commission de sécurité qui avait été créée par la rédaction de la Neue Rheinische Zeitung, ce qui lui valut trois mois de prison. Au printemps 1849, il se tint à l’écart de la tentative de Marx pour constituer un parti ouvrier indépendant, mais, au moment même où la révolution faisait faillite, il prit dans la capitale rhénane la direction d’un nouveau journal, la Westdeutsche Zeitung qui se rapprocha de la Ligue des communistes, dont le siège avait été transporté de Londres à Cologne. Il envisagea avec Bürgers et Weydemeyer la publication d’une nouvelle revue d’orientation marxiste, la Neue Zeitschrift et procéda lui-même à la publication ou à la traduction de plusieurs essais de Marx. Arrêté en mai 1851, il fut condamné, lors des procès de la Ligue des communistes, à cinq ans de forteresse. Libéré en 1857, il se rallia à la bourgeoisie libérale et fut envoyé par la Fortschrittspartei (Parti du progrès) au Landtag prussien, puis au Reichstag et finit par s’inscrire, en 1874, au Parti national libéral. En 1870, il avait été nommé maire de Dortmund ; resté célèbre à Cologne à cause de sa barbe rousse, il devint en 1875 premier bourgmestre de cette ville où il accomplit une œuvre considérable par ses adductions d’eau et l’élargissement du cadre urbain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215955, notice BECKER Hermann, Heinrich par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 1er août 2019.

Par Jacques Droz

SOURCES : C. Hackenberg, Der rothe Becker, Leipzig, 1900. — W. Kühn, Der junge Hermann Becker, Dortmund, 1934. — K. Obermann, Joseph Weydemeyer. Ein Lebensbild 1818-1866, Berlin-Est, 1968. — J. Droz, « La presse socialiste rhénane pendant la révolution de 1848 », in Annalen des historischen Vereins für den Niederrhein, 1954.—BLDG, op. cit. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément