BECKER Karl, Albin

Par Jacques Droz

Né le 19 novembre 1894 à Hambourg, mort assassiné le 1er décembre 1942 à Plötzensee ; militant communiste.

Né dans une famille socialiste, Karl Becker entra à l’âge de dix-huit ans au SPD et fit aussitôt partie du groupe brêmois de la gauche radicale. Arrêté en 1917, il put cependant faire partie du conseil des ouvriers et soldats de Dresde. Délégué par les Internationale Kommunisten Deutschlands (IKD), il participa à la fondation du parti communiste. D’abord membre del’ultra-gauche (Allgemeine Arbeiter-Union, AAU), il se rallia ensuite à la majorité du KPD et prit en mains la rédaction de la Hamburger Volkszeitung, ainsi que la direction du district de la Wasserkante (Bord de l’eau), mais dut en 1923 passer dans la clandestinité. Politiquement, il suivit d’abord la ligne Brandler-Thalheimer, pour se ranger ensuite dans le groupe des « conciliateurs » autour d’Ernst Meyer ; celui-ci lui confia la direction de la revue syndicale Der Kampf. En 1927, il entra au Comité central du KPD et en 1928, il fut élu au Landtag de Prusse. Mais à la même date, il fut déchu de toutes ses responsabilités et dut dès lors se contenter de fonctions dans des organisations annexes, comme la Rote Hilfe (Secours rouge), Kampfbund gegen den Faschismus (Ligue de combat contre le fascisme), Bund der Fremde der Sowjetunion (Ligue des Amis de l’Union soviétique). C’est comme secrétaire de cette dernière association que, émigré en 1933 en France, il put jouer à Paris un certain rôle politique. Il fut livré en 1942 à la Gestapo par le gouvernement de Vichy.
Son frère Ernst (1900-1932) qui avait également milité dans le KPD, avait, après l’affaire Wittorf, adhéré au KPO dont il dirigea jusqu’à sa mort l’organe Arbeiterpolitik. Sa femme, commis à Hambourg, fut victime des purges staliniennes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215957, notice BECKER Karl, Albin par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 1er août 2019.

Par Jacques Droz

SOURCES : Weber, Wandlung, op. cit. — Reeder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément