BEUST Friedrich von

Par Pierre Ayçoberry

Né le 9 août 1817 à Amorbach (Franconie), mort Je 6 décembre 1898 à Zurich ; agitateur révolutionnaire en 1848.

Descendant par une branche collatérale d’une vieille famille de la Marche, Friedrich von Beust ne porta jamais la particule. Sous-lieutenant dans l’armée prussienne, il fut contraint de démissionner en 1847, par solidarité avec son camarade Anneke dans une affaire d’honneur. Installé à Cologne, il fréquenta les amis de Karl Marx, mais semble n’avoir jamais adhéré à la Ligue des communistes. Au printemps 1848, il lança la Neue Kölnische Zeitung für Bürger, Bauern und Soldaten, de même orientation, mais à public plus populaire que la Neue Rheinische Zeitung. Son rôle fut particulièrement actif lors de la seconde vague d’agitation, à l’automne. Membre du comité directeur de l’Association ouvrière de Cologne, il la représenta au deuxième congrès des démocrates à Berlin et y proposa un programme qui, selon ses propres dires, ne faisait que paraphraser le Manifeste communiste, mais qui en réalité gardait des traces du socialisme « vrai » de Moses Hess. Après le coup d’État prussien du 9 novembre, il fit partie, avec Willich, de la commission militaire des Sept, commanda les milices populaires colonaises et fit de l’agitation auprès des réservistes mobilisés sous les drapeaux. Accusé de haute trahison, il s’enfuit à Paris à la fin de l’année ; il y fréquenta Hess, Proudhon, Blanqui. Il revint en Allemagne du Sud pour participer aux combats de mai à juillet 1849 et se réfugia définitivement à Zurich, où il devait mener une longue carrière de pédagogue, s’inspirant des principes de Pestalozzi.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215961, notice BEUST Friedrich von par Pierre Ayçoberry, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 1er août 2019.

Par Pierre Ayçoberry

ŒUVRE : Programm der Erziehungsanstalt von Friedrich Beust in Zürich, 1854.

SOURCES : A. Stern, « Zur Biographie Friedrich Beusts », in Archiv für die Geschichte des Sozialismus und der Arbeiterbewegung, 1926.—H. Schönebaum, « Friedrich Beust », in Neue Deutsche Biographie, vol. 2, Berlin, 1955. — E. Schraepler, Handwerkerbünde und Arbeitervereine 1830-1853, Berlin-Ouest, 1972. — G. Becker, Karl Marx und Friedrich Engels in Köln 1848-1849, Berlin-Est, 1963. — Lexikon, op. cit..

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément