BLOS Wilhelm

Par Annelise Callede-Spaethe

Né le 5 octobre 1849 à Wertheim (Bade), mort le 6 juillet 1927 à Stuttgart ; journaliste et homme politique social-démocrate.

Les circonstances de la vie de Wilhelm Blos sont bien connues par ses mémoires, parus en 1914. Fils de médecin, très jeune orphelin de père, il eut à souffrir d’un beau-père inculte et brutal. Contraint d’entrer en apprentissage, il passa son baccalauréat quelques années plus tard et entreprit des études de philologie allemande à l’Université de Fribourg. A nouveau, il dut interrompre ses études et, après un bref intermède comme secrétaire des douanes, il fit ses débuts de journaliste dans plusieurs journaux démocrates de l’Allemagne du Sud. En 1872, il adhéra à l’AIT et devint rédacteur du journal de Wilhelm Bracke, Braunsckweiger Volksfreund. Après son adhésion au SDAP et une première condamnation pour délit de presse, Bios fut nommé rédacteur du Volksstaat, à compter de début 1873. Rapidement, il devint le disciple et l’ami de Wilhelm Liebknecht, alors emprisonné à Hubertusburg, qu’il remplaça à la rédaction du Volksstaat. En 1877, il fut élu au Reichstag, dont il fut le plus jeune député. Il fut réélu en 1881,1890 et 1912. Simultanément, il poursuivit sa carrière de journaliste et fit ses débuts littéraires avec un ouvrage remarqué sur la Commune de Paris, publié en 1874. Pendant les années soixante-dix, Blos parut adhérer à la tendance marxiste du parti unifié, mais au cours de la période d’interdiction, il rallia le groupe « opportuniste », notamment dans l’affaire du Sozialdemokrat et des subventions pour la marine. Peu intéressé par les problèmes théoriques, il consacra son temps à des ouvrages historiques sur les révolutions françaises et allemandes, qu’il ne traita pas du point de vue marxiste et à la collaboration à certaines revues, comme Der Wahre Jakob et Die Neue Zeit.
En 1914, il vota les crédits de guerre et en 1917, lors du congrès de Würzburg, il demanda l’abrogation du programme d’Erfurt. En novembre 1918, il fut nommé président du gouvernement provisoire, puis président de l’État du Wurtemberg. A l’occasion d’un mouvement de grève, dont il craignit un débordement révolutionnaire, il proclama l’état d’urgence et fit appel à l’armée. Adversaire juré du « système des conseils », il s’opposa à la tentative d’Eisner en Bavière. En 1920, il dé-missionna de son poste et ne se consacra plus qu’à ses activités littéraires.
En 1905, il avait épousé Anna Tomaczewski, née en 1866, élue député social-démocrate à l’Assemblée nationale de Weimar en 1919. Enseignante et militante, Anna Blos publia plusieurs ouvrages.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215966, notice BLOS Wilhelm par Annelise Callede-Spaethe, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 février 2020.

Par Annelise Callede-Spaethe

ŒUVRE : Geschichte der Pariser Commune, 1874. — Die Franzosische Révolution. Volkstûmliche Darstellung der Ereignisse und Zustände in Frankreich von 1789 bis 1804, 1889. — Die Deutsche Révolution (1848-49), 1902. — Die Geächteten, 1907. — Denkwürdigkeiten eines Sozialdemokraten, 2 vol., 1914. — Die neue Ära, 1916. — Von der Monarchie zum Volksstaat, 2 vol., 1923. — Der Untergang des Frankfurter Parlements, 1924.

SOURCES : H. Krause, Wilhelm Blos. Zwischen Marxismus und demokratischem Sozialismus in Geschichtsschreibung und Politik, Husum, 1980. — Beatrix W. Bouvier, Französische Révolution und deutsche Arbeiterbewegung, Bonn, 1982. — Lexikon, op. cit. — Osterroth, op. cit. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément