BORCHARDT Julian

Par Gilbert Badia

Né le 10 septembre 1868 à Bromberg (Prusse), mort le 16 janvier 1932 à Berlin ; propagandiste du SPD, puis journaliste communiste.

Fils d’un commerçant qui vint s’installer à Berlin en 1876, Julian Borchardt vécut à Bruxelles, de 1896 à 1900, où il fit des études universitaires. De 1900 à 1906, il fit successivement partie de la rédaction de deux journaux sociaux-démocrates, à Harburg (près de Hambourg) d’abord, à Königsberg ensuite. En 1907, le SPD en fit un de ses orateurs itinérants (Wanderredner) qui parcouraient l’Allemagne et prononçaient, devant des auditoires sociaux-démocrates, des conférences : Borhardt traita surtout d’économie politique et du matérialisme historique. Politiquement il se situait à l’aile gauche du SPD.
De 1911 à 1913, il fut élu à la Chambre des députés de Prusse. A partir de septembre 1913, il fit paraître une revue mensuelle, les Lichtstrahlen, qui rassemblait autour d’elle un petit groupe de sociaux-démocrates, les Internationale Sozialisten Deutschlands. Borchardt, qui condamnait la guerre impérialiste et la politique d’Union sacrée de la direction du SPD, participa à la conférence de Zimmerwald (5-8 septembre 1915). En février 1916, il tut arrêté et sa revue interdite (dernier numéro : avril 1916). Libéré, il tenta de remplacer les Lichtstrahlen par Der Leuchtturm, mais ne put faire paraître qu’un seul numéro de ce nouveau titre.
A l’automne 1918, il adhéra au petit groupe des Internationale Kommunisten Deutschlands, mais en fut exclu, en raison de ses idées anarchistes, lors de la conférence nationale de l’IKD (15-17 décembre 1918). Dès lors, il n’adhéra plus à quelque parti que ce fût.
En novembre 1918, il fit reparaître les Lichtstrahlen, mais la revue n’avait plus le même succès et dut cesser sa parution en 1921. En décembre 1918, il publia la première traduction en allemand de L’Etat et la révolution de Lénine.
Membre du Schutzverband deutscher Schriftsteller (Association de défense des écrivains allemands, SDS), Borchardt participa à la fondation du Bund proletarisch-revolutionârer Schriftsteller (Ligue des écrivains prolétariens révolutionnaires, BPRS) en octobre 1928 et donna des cours à l’École ouvrière marxiste, la MASCH. En 1931, on lui proposa d’aller travailler à l’Institut Marx-Engels de Moscou : il se préparait à partir pour l’URSS quand il tomba malade et mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215973, notice BORCHARDT Julian par Gilbert Badia, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 février 2020.

Par Gilbert Badia

ŒUVRE : Vorund nach dem 4. August 1914. Hat die deutsche Sozialdemokratie abgedankt ?, 1915. — Édition populaire du Capital de Marx.

SOURCES : G. Schumacher, « Borchardt und die Lichtstrahlen », in Beiträge zur Geschichte der Arbeiterbewegung, t. 27,1985. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément