BRAUNS Heinrich

Par Jacques Droz

Né le 3 janvier 1868 à Cologne, mort le 19 octobre 1939 à Undenberg (Allgäu) ; parlementaire chrétien-social ; ministre prussien.

Fils d’un tailleur, Heinrich Brauns fit des études de théologie et de philosophie à Bonn et fut consacré prêtre en 1890. Au cours de sa carrière ecclésiastique à Krefeld puis Essen, il participa à la fondation du syndicalisme chrétien et passa pour le « chapelain rouge » de la Ruhr. A la demande de Hitze, il entra en 1900 dans le Volksverein für das katholische Deutschland à Mönchengladbach où, aux côtés d’August Pieper, il joua un rôle de formateur des cadres syndicaux chrétiens, et travailla à Bonn et à Fribourg où il fut promu docteur en 1896. Il avait pris position pour un syndicalisme interconfessionnel et combattit en conséquence la tendance de « Berlin ». Lors de la révolution de 1918, il se prononça dans l’esprit de Joseph Bachem et en accord avec Stegerwald, pour un grand parti « interconfessionnel, démocratique et social », proposition qui ne fut pas retenue, mais Brauns se fit élire à l’Assemblée nationale par la ville de Cologne et entra dans le Zentrum. Ministre du Travail dans le cabinet Fehrenbach, il conserva ce poste pendant huit ans et joua un grand rôle dans l’établissement de la législation concernant le travail, l’organisation des tribunaux ouvriers et des assurances sociales. En 1928, il entra dans la commission de la Politique sociale au Reichstag, dont il conquit la présidence et qu’il représenta dans les conférences internationales du travail. En 1931, il présida la commission pour l’Étude de la crise économique mondiale, créée par Brüning. En 1933, il se retira dans l’Allgäu.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article215986, notice BRAUNS Heinrich par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 14 février 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : L. Preller, Soziatpolitik in der Weimarer Republik, Stuttgart, 1949. — Helga Grebing, Zentrum und katholische Arbeiterschaft 1918-1933, Thèse, Berlin, 1953. — K.H. Bruels, « Heinrich Brauns, der Reichsarbeitsminister der Weimarer Republik », in Porträts christlichsozialer Persönlichkeiten, t.1, Osnabrück, 1965. — H. Mockenhaupt, « Heinrich Brauns », in Rheinische Lebensbilder, t.6, Cologne, 1975 ; Wegund Wirkendesgeistlichen Sozialpolitikers Heinrich Brauns, Munich, 1977. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément