WINCKLER Léon, Jean

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 28 décembre 1911 au [Le] Creusot (Saône-et-Loire), mort au combat le 8 septembre 1944 à Autun (Saône-et-Loire) ; manœuvre ; résistant des FTPF homologué aux Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Léon Winckler était le fils de Louis et de Maria Mourot. Il était domicilié à Digoin et exerçait le métier de manœuvre. Il était marié avec Maria Semet. Il entra dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans français du régiment Valmy.
Le 8 septembre 1944 les troupes allemandes en retraite occupaient Autun. Léon Winckler participa aux combats pour la Libération de la ville et il fut tué à l’ennemi le 8 septembre vers onze heures dans le secteur du collège, place des Marbres avec trois autres camarades. Son corps fut transporté aux hospices d’Autun. Le 10 septembre Autun était définitivement libéré après trois jours de durs combats.
L’acte de décès fut dressé le 20 septembre 1944, sur la déclaration de Laurent Lassalle, 37 ans, Économe des hospices, domicilié à Autun.
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès le 12 janvier 1946 et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la plaque commémorative aux FFI apposée sur le mur du cimetière derrière le carré militaire, à Autun et sur le monument aux morts, à Digoin (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216087, notice WINCKLER Léon, Jean par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 31 mai 2019, dernière modification le 15 janvier 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 168890 (nc) et SHD, Vincennes, GR 16 P 603438 (nc).— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément