DAVIDOVITCH Simon (ou DAVIDOVICZ Simon)

Par Claude Pennetier

Né à Zloezen (ou Zloczew) (Pologne), mort en déportation à Birkenau ; syndicaliste des Cuirs et Peaux.

Simon Davidovitch participa comme ses trois frères au mouvement ouvrier.
Il milita au syndicat des ouvriers tailleurs de Zloezen puis de Lodz.

Arrivé à Paris en 1929, il travailla dans les vêtements de cuirs et participa à la vie du syndicat unitaire CGTU des Cuirs et Peaux. Il consacrait une partie de ses activités aux organisations juives communistes.

Naturalisé français, il fut mobilisé de septembre 1939 à septembre 1940. Sur les instructions de militants de la CGT illégale, il adhéra au syndicat des Cuirs et Peaux dirigés par des syndicalistes favorables au gouvernement de Vichy. Il entra au conseil syndical. Au mois de septembre 1941, Davidovitch prit la tête d’un mouvement des ouvriers gantiers qui refusaient de travailler pour l’occupant. La commission intersyndicale juive près de la CGT illégale le désigna, début 1942, comme responsable de l’activité syndicale dans le XXe arr. de Paris. Il aida les familles juives passées dans la clandestinité après les rafles du 16 juillet 1942 et organisa la grève du 4 juin 1943 proclamée par la commission intersyndicale juive en signe de solidarité avec les combattants du ghetto de Varsovie.

Arrêté, déporté à Auschwitz fin juillet 1943, il fut envoyé dans les mines de charbon à Iavozne (Pologne). Ses contacts avec des mineurs polonais qui lui donnaient nourriture et journaux furent découverts. Il fut aussitôt transféré à Birkenau où il mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21614, notice DAVIDOVITCH Simon (ou DAVIDOVICZ Simon) par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 21 mars 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Renseignements communiqués par M. Grojnowski. — D. Diamant, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, éd. Renouveau, 1984.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément