DISSMANN Robert

Par Jacques Droz

Né le 8 juillet 1878 à Hülsenbusch (Rhénanie), mort le 30 octobre 1926 ; militant social-démocrate de gauche.

Tourneur de profession, Robert Dissmann entra en 1897 dans l’Union des métallurgistes (DMV) et au SPD. Lors du congrès de Mannheim (1906), il prit position contre la prétention des syndicats d’échapper à l’influence des partis ; en 1910 et en 1913, il parla pour l’utilisation de la grève générale. En 1912, ses positions syndicalistes radicales le firent élire au conseil municipal de Hanau. Hostile au vote des crédits militaires, il entra en 1917 à l’USPD, dont il devint le secrétaire pour la région de Francfort ; il prit position pour le développement du système des conseils et, la paix revenue, contre la politique de l’Arbeitsgemeinschaft mise sur pied par le patronat et les syndicats. Membre du Reichstag depuis 1920, il prit position, au congrès de Halle, contre l’union de l’USPD avec le Parti communiste. Comme représentant du syndicat de la Métallurgie, il assista au congrès fondateur de l’Internationale deux-et-demie à Vienne (février 1921), dont il admit le repli sur la Seconde Internationale, ce qui entraîna son ralliement au SPD au congrès de Nuremberg. Mais ce fut pour y poursuivre une politique de gauche ; sur le plan syndical, il dénonça la rationalisation du travail que poursuivait le capital et soutint le maintien de la journée de huit heures. En 1924, au congrès de Berlin, il dénonça la coalition de la social-démocratie avec les partis bourgeois et le mépris de la démocratie à l’intérieur de son propre parti. Il mourut en revenant des États-Unis, où il avait assisté à un congrès de syndicats de la Métallurgie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216191, notice DISSMANN Robert par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 18 février 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : A. Kastning, Die deutsche Sozialdemokratie zwischen Koalition und Opposition 1919-1923, Paderborn, 1970. — Lexikon, op. cit. — Osterroth, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément