DUNCKER Hermann

Par Gilbert Badia

Né le 24 mai 1874 à Hambourg, mort le 22 juin 1960 à Bernau ; orateur itinérant social-démocrate, puis militant communiste chargé de problèmes d’éducation.

Fils de commerçant, Herrmann Duncker fit des études secondaires conclues par l’Abitur en 1896. De 1896 à 1900, il fit des études supérieures (philosophie, économie, histoire) à l’Université de Leipzig. Il soutint sa thèse en 1903. Il adhéra dès le collège au Parti social-démocrate et fit un stage à la rédaction de la Leipziger Volkszeitung, en 1903, où il entra en contact avec Franz Mehring et Rosa Luxemburg. A partir de 1905, il fut responsable à Dresde des questions d’éducation. Il fut délégué au congrès de Mannheim en 1906. A l’issue de ce congrès, Duncker devint le premier orateur itinérant (Wanderredner) du SPD. Il initia au marxisme des milliers de militants. De 1912 à 1914, il fut professeur à l’École centrale du parti à Berlin.
Après 1914, opposé à la guerre, il fit partie du groupe Internationale et collabora aux Spartacusbriefe. Mobilisé à l’automne 1915 dans la réserve, il était à Berlin en novembre 1918 et participa à l’occupation du journal Berliner Lokal-Anzeiger, sur les presses duquel sortit le premier numéro de Die Rote Fahne. Délégué au congrès de fondation du KPD, il fut élu à sa direction. De novembre 1919 à mars 1920, il participa au gouvernement de la ville libre de Gotha, composé de socialistes indépendants et de communistes. Délégué aux IIIe, Ve et VIIIe congrès du KPD, Duncker se consacra, à partir de 1923, aux problèmes d’éducation dont il fut responsable auprès de la direction du KPD. fi donna des cours à la Marxistische Arbeiterschule (MASCH) fondée à Berlin en 1926. De 1923 à 1933, il édita les classiques du marxisme dans des séries populaires, notamment dans la « Petite Bibliothèque Lénine ».
Arrêté dans la nuit de l’incendie du Reichstag (27 février 1933), il fut relâché en novembre. Il émigra en 1936 et séjourna au Danemark, en Angleterre et en France (1938-1941). Il connut alors des moments de découragement et ne put accepter le pacte Hitler-Staline. Il était affaibli, presque aveugle. Il n’avait plus de nouvelles d’un de ses fils réfugié en URSS. En 1941, il rejoignit sa femme émigrée aux États-Unis. En 1947, il rentra en Allemagne, en zone d’occupation soviétique. Il fut nommé professeur à l’Université de Rostock puis, en 1949, appelé à la direction de l’École fédérale des syndicats (FDGB) à Bernau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216201, notice DUNCKER Hermann par Gilbert Badia, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 19 février 2020.

Par Gilbert Badia

ŒUVRE : Einführungen in den Marxismus. Ausgewählte Schriften und Reden (Choix de textes), 2 vol., 1959-1963. — Über das Manifest der kommunistischen Partei, 1983. — Ausgewählte Schriften und Reden aus sechs Jahrzehnten, 1984.

SOURCES : Esquisse biographique de G. Griep dans le tome I de Einführungen... — G. Kaltenbräuer, Über die schöpferische Rolle Hermann Dunckers bei der Verbreitung und Verteidigung der marxistischen Philosophie in Deutschland, Thèse, Berlin, 1965. — G. Griep, A. Fôrster, H. Siegel, Hermann Duncker, Lehrer dreier Generationen. Ein Lebensbild, Berlin, 1974. — Weber, Wandlung, op. cit. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément