ECCARIUS Johann, Georg

Par Jacques Grandjonc

Né le 23 août 1818 à Friedrichroda (Thuringe), mort le 5 mars 1889 à Londres (Grande-Bretagne) ; tailleur, communiste, membre du Conseil général de l’Internationale.

Après son apprentissage dans sa ville natale, Georg Eccarius effectua à partir de 1835 son tour de compagnon qui le mena en 1846 à Londres où il entra à l’Association de formation ouvrière allemande et à la Ligue des justes. Il participa en 1847 à la transformation de cette dernière en Ligue des communistes et se lia durablement à Engels et à Marx. Cela ne l’empêcha pas de suivre une politique différente de la leur à la tête de la Ligue à Londres où il resta au cours de l’année 1848 ; par contre, il s’opposa en 1849-1850 à la ligne de Schapper et Willich, soutenant alors les positions de Marx et d’Engels. A partir de 1850, il commença, avec un article sur les tailleurs londoniens dans la Neue Rheinische Zeitung, une activité de journaliste (tout en restant ouvrier) qui ne cessera plus : il collabora entre autres au Red Republican et aux People’s Paper des chartistes, à Die Reform (New York), Stimme des Volks (Chicago), Das Volk (Londres).
Lors de la séance inaugurale de l’Internationale, le 28 septembre 1864, il représenta les ouvriers allemands et fut aussitôt élu au Conseil général de l’AIT (1864- 1872) ; il en fut secrétaire général de 1867 à 1871, correspondant pour les sections anglophones d’Amérique de 1870 à 1872. Largement intégré au mouvement ouvrier britannique, il fit partie de la direction de la Reform League et de la Land and Labour League. Il représenta d’autre part l’AIT au congrès des Associations ouvrières allemandes à Nuremberg, en 1868. Son activité pour l’AIT dans la presse fut également considérable. On lui doit entre autres une série d’articles (« Réfutation des théories économiques de J. Stuart Mill ») rédigés avec l’aide de Marx en anglais, parus dans le journal Commonwealth (1866-1867) dont il fut un temps rédacteur, et publiés en volume en Allemagne (1869).
A partir de 1872, ses prises de position reflétèrent plus la politique des tradeunions et de l’aile droite du British Federal Council que celle du Conseil général de l’AIT et il participa, en 1873 et 1874, aux congrès anarchistes de Genève et de Bruxelles. Sa dernière activité politique, en 1877, fut sa participation, au titre de responsable syndical réformiste, en compagnie de radicaux britanniques, a l’International Labour Union.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216205, notice ECCARIUS Johann, Georg par Jacques Grandjonc, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 19 février 2020.

Par Jacques Grandjonc

ŒUVRE : Eines Arbeiters Widerlegung der national-ökonomischen Lehren John Stuart Mill’s, 1869.

SOURCES : La Première Internationale. Recueil de documents publiés sous la direction de J. Freymond (par M. Molnar et B. Andréas), 4 vol., Genève, 1962-1971. — Documents of the First International. The General Council (...) 1864-1866 ; (...) 1868-1870 ; (...) 1870-1871 ; (...) 1871-1872,4 vol., Londres, Moscou, s.d. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément