ERNST Eugen

Par Jacques Droz

Né le 20 septembre 1884 à Murowana-Gôslin (près de Posen, aujourd’hui Poznan), mort le 31 mai 1954 à Werder (Havel) ; militant social-démocrate, passé au communisme.

Imprimeur de profession, Eugen Ernst entra à Berlin, en 1886, dans le Parti social-démocrate et participa, à l’époque du Sozialistengesetz, à la propagation clandestine du journal Der Sozialdemokrat. Bien qu’il fît partie, eh 1892, du groupe des « Jeunes », il entra en 1900 au Parteivorstand du parti, s’occupant de l’impression et de la divulgation du Vorwärts et organisant les comités électoraux sociaux-démocrates de Berlin. Jusqu’à la guerre, fidèle à la gauche du parti, il attira à plusieurs reprises l’attention sur le danger du militarisme et invita la classe ouvrière à rester fidèle à ses idéaux internationalistes. Disposant d’une réputation d’organisateur et de tacticien, il envisageait encore en mai 1914 la possibilité d’une grève générale pour obtenir le retrait de la loi des trois classes en Prusse. Cependant, Ernst se plia aux décisions du parti et se rallia à la social-démocratie majoritaire. Président du conseil des ouvriers et des soldats de Berlin après la guerre, puis membre du premier cabinet prussien, il fut responsable de l’éloignement du préfet de Police de Berlin, Eichhorn, auquel il fut appelé à succéder et à ce titre, il participa à la répression des mouvements révolutionnaires ouvriers à Berlin, entre janvier et mars 1919.
Devenu conseiller municipal de la ville de Werder en 1926, Ernst vécut le régime nazi comme rentier. Cependant il rentra dans le SPD, en 1945, où il adopta aussitôt une attitude favorable a l’alliance des deux partis ouvriers et signa, avec les vétérans de la lutte socialiste, une pétition en ce sens en mars 1946. Il prit part aux congrès de fusion et siégea en 1950 au congrès du SED, sans pourtant jouer un rôle important dans la politique de sa nouvelle patrie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216222, notice ERNST Eugen par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 24 février 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : G. Badia, Le Spartakisme, Paris, 1967. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément