GRILLENBERGER Karl

Par Jacques Droz

Né le 22 février 1848 à Zinndorf (Franconie), mort le 19 octobre 1897 à Munich ; journaliste et parlementaire social-démocrate.

Fils d’un professeur de lycée mort jeune, Karl Grillenberger dut apprendre la serrurerie. Attiré depuis 1869 par le parti d’Eisenach, il sut donner à Nuremberg une vive impulsion au mouvement ouvrier, notamment au niveau des revendications salariales. Il prit la direction de la Fränkische Tagespost, sur les presses de laquelle il produisit clandestinement le Sozialdemokrat. En 1881, il fut élu par Nuremberg au Reichstag où il siégea jusqu’à sa mort. H manifesta pendant toute l’époque du Sozialistengesetz la plus grande habileté pour faire échapper la presse franconienne aux interdits, tandis que lui-même avait le courage de s’attaquer aux scandales de la vie privée des fils de Bismarck. Constamment préoccupé de la formation politique de ses électeurs, il mit sur pied également, pour conseiller les ouvriers en chômage, le premier Secrétariat des travailleurs qui ait existé en Allemagne et que dirigea Martin Segitz, le futur maire de Nuremberg. Mais, se rendant en 1887 au congrès du parti à Saint-Gall, il fut blessé par le coup de feu d’un policier, ce qui fut à l’origine de sa mort dix ans plus tard. H se fit élire, aux côtés de Vollmar dont il partageait les idées, au Landtag bavarois. Nul militant, semble-t-il, n’avait joui d’une aussi grande popularité que Grillenberger, qui la devait non seulement à rattachement qu’il professait à l’égard de la grande famille socialiste, mais aussi au parti qu’il savait tirer de son parler dialectal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216264, notice GRILLENBERGER Karl par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 26 février 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : G. Gartner, Karl Grillenberger. Lebensbild eines Kampfers far Volksrecht und Volksfreiheit, Nuremberg, 1930. — H. Hirschfelder, Die Bayrische Sozialdemokratie 1864-1914, 2 vol., Erlangen, 1979. — H. Eckert, Liberal- und Sozialdemokratie. Frühgeschichte der Nümberger Arbeiterbewegung, Stuttgart, 1968. — Osterroth, op. cit. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément