GROTEWOHL Otto

Par Gilbert Badia

Né le 11 mars 1894 à Brunswick, mort le 21 septembre 1964 à Berlin ; militant social-démocrate, partisan de la fusion du SPD et du KPP, chef de gouvernement de la RDA.

Fils d’un ouvrier membre du SPD, Otto Grotewohl suivit un apprentissage de typographe (1908-1912), métier qu’il exerça jusqu’à la guerre dans sa ville natale. En 1912, il adhéra au SPD et au syndicat des typographes. Sous les drapeaux de 1914 à 1918, Grotewohl fut employé, de 1919 à 1921, à la caisse d’assurance-maladie de Brunswick.
Il avait adhéré en 1918 à l’USPD, mais suivit la minorité qui, s’opposant à la fusion avec le Parti communiste, rallia le Parti social-démocrate. Dans l’État de Brunswick, il occupa successivement plusieurs fonctions ministérielles : ministre de l’Intérieur et de l’Éducation (1921-1922), de la Justice (1923-1924). De 1925 à 1933, il était à la tête de l’organisation régionale du SPD (Landesverband) et député au Reichstag. Grotewohl était donc jusqu’en 1933 un dirigeant régional du SPD,
Sous le Troisième Reich il « émigra » à Hambourg où il dirigea un commerce (1933-1938). A partir de 1938, il habita Berlin où il avait trouvé un emploi comme directeur commercial d’une petite entreprise. Arrêté une première fois en août 1938, il passa sept mois en prison. Une seconde arrestation, en novembre 1939, se solda par quatre mois d’incarcération. Après l’attentat du 20 juillet 1944, il dut se cacher pour échapper à la Gestapo.
C’est après 1945 qu’il donna toute sa mesure. Dès le mois de mai, il s’employa à reconstituer son parti, le SPD, à Berlin et en zone soviétique. Il fut l’un des signataires du premier appel du SPD (15 juin 1945). La première réunion de cadres l’élut président du Comité directeur du parti en zone soviétique (Zentralausschuss). A ce titre, il signa avec le KPD un accord d’unité d’action (19 juin). Convaincu que l’expérience et l’échec du Parti social-démocrate pendant la République de Weimar imposait l’unité d’action des deux partis ouvriers, il s’opposa vigoureusement à Kurt Schumacher, mais sans réussir à entraîner sur ses positions le parti dans les zones occidentales. En zone soviétique, en revanche, la majorité du parti se prononça lors du 40e congrès pour la fusion avec le KPD, comme le souhaitaient les autorités d’occupation. Cette décision fut suivie le 22 avril 1946 par la « poignée de main historique » entre Grotewohl et Pieck. Le congrès d’unification (décembre 1946) les porta à la tête du nouveau parti. Dès lors Grotewohl appartint, jusqu’à sa mort, aux instances dirigeantes du SED (Parteivorstand, puis Zentralkomitee et Politbüro). Il conserva ses fonctions alors que les autres sociaux-démocrates furent peu à peu éliminés des postes de direction.
Député au Landtag de S axe (1946-1950), il présida en 1948-1949 le comité du Conseil du peuple (Voiksrat) chargé de préparer la Constitution de la future République.
En sa qualité de président du Conseil des ministres de 1949 à 1960, Grotewohl, tout en demeurant à l’ombre d’Ulbricht, contribua à l’élaboration des principales lois qui établirent les fondements de la RDA. Il marqua un intérêt particulier pour les problèmes culturels et organisa des entretiens avec les écrivains et les scientifiques.
En politique extérieure, il signa avec la Pologne le traité sur la frontière Oder-Neisse (6 juillet 1950) et dirigea la délégation allemande qui négocia avec l’Union soviétique les conditions du traité de 1955.
En Allemagne de l’Ouest on a parlé de conflits internes au SED qui auraient opposé Grotewohl aux dirigeants communistes. En l’absence de documents, cela reste du domaine de la conjecture. La maladie qui le frappa en novembre 1960 lui interdit pratiquement toute activité politique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216267, notice GROTEWOHL Otto par Gilbert Badia, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 27 février 2020.

Par Gilbert Badia

ŒUVRE : Dreissig Jahre später. Die Novemberrevolution und die Lehren der Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, Berlin, 1953. — Im Kampf um die einige deutsche demokratische Republik. Reden und Aufsätze, 6 vol., 1959-1964.

SOURCES : H. Vosske, Otto Grotewohl. Biographiscber Abriss, Berlin, 1979. — L. Caracciolo, Alba di guerra fredda. All’origine delle due Germanie, Rome, 1986. — Badia, Histoire, op. cit. — Lexikon, op. cit. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément