HARNACK Arvid von

Par Jacques Droz

Né le 24 mai 1901 à Darmstadt, assassiné le 22 juillet 1942 à Berlin¬Plötzensee ; résistant au nazisme, membre des services secrets soviétiques.

Arvid était le fils d’Otto von Harnack, professeur d’histoire littéraire et le neveu d’Adolf, théologien protestant préoccupé par les questions sociales, qui pendant la guerre de 1914 avait fait opposition aux tendances nationales et aux buts de guerre de la Vaterlandspartei et s’était affirmé ardemment républicain pendant la République de Weimar, préconisant une collaboration étroite sur le plan scientifique entre Allemands et Soviétiques. Lui-même fit des études juridiques et économiques, s’intéressa de bonne heure à la version marxiste des questions sociales et, envoyé aux États-Unis par la fondation Rockefeller, y écrivit un ouvrage sur l’histoire du mouvement ouvrier américain. Revenu en Allemagne, il se lia avec des intellectuels communistes et fonda avec le professeur soviétophile Friedrich Lenz la Communauté de travail pour l’étude de l’économie planifiée (1931) qui avait reçu l’appui de l’ambassade soviétique. En 1932, Ossip Piatnitsky (chef de l’OMS) et Otto Kuusinen le recrutèrent pour les services d’espionnage de l’Union soviétique. Comme il n’était pas entré et n’entra jamais dans le Parti communiste, il put faire carrière à Berlin au ministère de l’Économie. C’est en 1939 que le groupe de Harnack et celui de Schulze-Boysen se fondirent, Harnack apportant avec lui plusieurs personnalités, comme Adam et Grete Kuckhoff, qu’il avait connus à l’Université de Wisconsin aux États-Unis et les radiodiffuseurs communistes Hans et Hilde Coppi, organisant un groupe d’information en relation avec Robert Uhrig (Robby Gruppe). Les articles que Harnack consacra à leur journal commun Die in- nere Front étaient d’orientation plus marxistes que ceux de Schulze-Boysen, car il estimait que l’Allemagne devait se forger dans ce domaine une doctrine pour ne pas devenir un satellite de l’URSS. Mais l’orientation des deux groupes était la même, relevant à la fois de la résistance à l’hitlérisme et de l’espionnage en faveur de l’Union soviétique. Arrêté avec sa femme Mildred Fish qu’il avait ramenée d’Amérique, il fut avec elle condamné à mort en décembre 1942.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216305, notice HARNACK Arvid von par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Die vormarxistische Arbeiterbewegung in den Vereinigten Staaten, 1931.

SOURCES : D.J. Dallin, Die Sowjetspionage. Prinzipien und Praktiken, Cologne, 1956. — L. Trepper, Le Grand Jeu (avec la collab. de P. Rotman), Paris, 1978. — Luise Kraushaar, Berliner Kommunisten im Kampfgegen den Faschismus, Berlin-Est, 1981. — F. Zechlin, « Erinnerung an Arvid und Mildred Harnack », in Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, no. 33, 1982. — Duhnke, KPD, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément