HELLER Vitus

Par Jacques Droz

Né le 3 mai 1882 à Tauberrettersheim, mort le 18 octobre 1956 à Wurzbourg ; militant catholique d’extrême-gauche.

En 1918, Vitus Heller, militant du Volksverein catholique de Wurzbourg prit la tête de la Christlich-soziale Partei, en se séparant de la Volkspartei bavaroise et en groupant les ouvriers catholiques d’esprit avancé. Dans la Ruhr s’étaient constitués des Arbeitervereine catholiques qui avaient abandonné le Zentrum et s’étaient réu­nis en une Christliche Volksgemeimchaft, qui fit un score honorable lofs des élec­tions de 1924. Ces deux organisations se réunirent en une Christlich-soziale Reichspartei (CSRP) dont le programme, développé dans Das neue Volk (Le nouveau peuple), manifestait une sympathie évidente pour la révolution bolchevique. Disciple au prêtre westphalien Wilhelm Hohoff qui avait fait connaître la pensée de Marx aux ouvriers chrétiens, le leader de ce parti, Vitus Heller, pensait pouvoir concilier le marxisme avec l’enseignement de Saint Thomas d’Aquin. Aux élections de 1928, son parti obtint 100 000 voix, mais n’eut pas d’élus ; il fut transformé en Arbeiter- und Bauernpartei (Parti ouvrier et paysan) en 1931. Bien qu’il y eût à l’orée des années trente une incontestable résonance des idées marxistes chez les travailleurs catholiques Das Rothe Blatt der katholischen Sozialisten (La Feuille rouge des socialistes catholiques) de Heinrich Mertens, il ne put obtenir, du fait de l’opposition des autorités religieuses, une audience assurée auprès des masses.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216322, notice HELLER Vitus par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 16 mars 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : D. Fricke (éd.), 1830-1845. Die bürgerlichen Parteien in Deutschland, t. II, Leip­zig, 1970. — A. Retzbach, Die Christlich-soziale Reichspartei, Munich, 1929. — Helga Grebing, Geschichte der sozialen Ideen in Deutschland, Munich, 1969. — D. Riesenberger, Die katholische Friedensbewegung in der Weimarer Republik, Düsseldorf, 1976. — W. Lôhr, « Vitus Heller », in J. Aretz, R. Morsey, A. Rauscher (éd.), Zeitgeschichte in Lebensbiildern, vol. 4, Mayence, 1980. — H. Donat, K. Holl (éd.), Hermes Hand lexikon. Die Friedensbewegung, Düs­seldorf, 1983.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément