HUE Otto

Par Jacques Droz

Né le 2 novembre 1866 à Horde (Westphalie), mort le 18 avril 1922 à Essen ; syndicaliste social-démocrate.

Fils d’un lamineur, élevé dans des conditions difficiles par sa mère qu’animait une forte dévotion catholique, Otto Hue fréquenta cependant une école puis une association de jeunesse évangélique, avant de se rendre compte, employé dans sa ville natale à l’usine Hermannhütte, de la misère dans laquelle étaient abandonnés les ouvriers, souvent venus des provinces orientales de la Prusse, en temps de crise et de chômage. Il se refusa alors à confondre la religion chrétienne avec la pratique sociale des Eglises établies et entra, au début des années quatre-vingt-dix, dans la social-démocratie. Lorsqu’après la grande grève de 1889 fut décapitée la direction du syndicat des mineurs, Hue, qui avait pris en mains la rédaction de la Bergarbeiter- zeitung à Bochum, accomplit un travail considérable dans les districts miniers et, bien qu’il refusât tout poste de direction dans le syndicalisme des mineurs, acquit une influence considérable auprès de la population de la Ruhr. Dans une brochure, Politische oder neutrale Gewerkschaften ? y il prit position pour la neutralité politique et religieuse des syndicats et contre l’emprise du parti sur les organisations ouvrières, thèse qu’il défendit dans plusieurs congrès du SPD, tout en proposant une série de réformes dans le travail à la mine et en dénonçant les méthodes d’exploi­tation étatiques dans la Ruhr, ou privées dans la Sarre. Il entreprit à la même époque d’écrire une histoire de la mine, dont le premier tome parut en 1900, le second en 1913, mettant en relief la mentalité à la fois profondément religieuse et politiquement très radicale des mineurs. Élu député au Reichstag en 1903, il s’y montra également hostile à l’action révolutionnaire et au révisionnisme parlementaire, opposant au fatalisme de Kautsky la libération par elle-même (Selbstbefreiung) de la classe ouvrière. L’Internationale des mineurs le nomma secrétaire peu de temps avant la guerre. Élu en 1913 au Landtag de Prusse, il y combattit les positions pan- germanistes et notamment le projet d’annexion du bassin de Briey-Longwy.
Député social-démocrate majoritaire après la guerre, Hue refusa tout poste ministériel. Il contribua, aux côtés de Legien, à mettre en place la Communauté de travail (Arbeitsgemeinschaft) qui groupait les représentations patronales et syndi­cales en vue de la solution pacifique des conflits sociaux ; aussi n’adopta-t-il pas dans la grève des charbonnages, en janvier 1919, une attitude nette et contribua à son échec. En présence de la désorganisation des bassins miniers et des exigences énormes de la production, il combattit la proposition venant des syndicats et soutenue parles communistes de l’introduction de la journée de six heures dans les mines. Il maintint cependant l’exigence de la nationalisation des bassins miniers. L’autorité acquise par lui sur le plan international le fit désigner à la conférence de Spa (juin 1920) où, amené à discuter avec Stinnes et Lloyd George, sur lequel il produisit grand effet, il obtint une réduction des livraisons de charbon que devait l’Allemagne au titre des réparations. Il fut, par une maladie subite, empêché d’as­sister à la conférence de Gênes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216350, notice HUE Otto par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 24 mars 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Die Bergarbeiter. Historische Darstellung der Bergarbeiterverhâltnisse von der altesten bis in die neueste Zeit, 1910-1913. — Cet ouvrage s’oppose à celui écrit par H. Imbusch (1878-1945), Arbeitsverhaltnis und Arbeiterorganisation im deutschen Bergbau. Eine geschichtliche Darstellung, d’inspiration nationaliste et cléricale. Le reprint (1981) est précédé par une introduction de H. Mommsen. Cf. Archiv fur Sozialgeschichte, t. XXIII, 1983.

SOURCES : N. Osterroth, Otto Hue. Ein Lebensbild für seine Freunde, Bochum, 1922. — K. Koszyk, Anfänge und frühe Entwicklung der sozialdemokratischen Presse im Ruhrgebiet 1875-1908, Dortmund, 1953. — W. Schulte, « Otto Hue 1868-1922 », in Westfälische Köpfe, Münster, 1963. — Lexikon, op. cit. — Osterroth, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément