JAHN Hans

Par Jacques Droz

Né le 29 juillet 1885 à Hartha, mort le 19 juillet 1960 à Francfort ; syndicaliste social-démocrate, opposant au nazisme.

Forgeron de formation, depuis 1914 conducteur de locomotive, Hans Jahn fît l’essentiel de sa carrière syndicale dans les chemins de fer. Il participa en 1930 au congrès de la Fédération internationale des transports (ITF) à Londres, où il mit en garde ses collègues à l’égard des progrès du nazisme et, en 1933, préconisa la ré­sistance aux projets nazis de destruction du syndicalisme. Révoqué, il tenta une carrière d’agent d’assurances, tout en prenant des contacts à Berlin avec Heinrich Schliestedt et, à travers lui, avec la SOPADE et surtout avec l’ITF, dont il suivit la conférence à Roskilde à Pâques 1935. II fut arrêté au cours de la même année mais, libéré grâce à une intervention de sa femme, put s’enfuir en juillet à Prague, le jour même où la Gestapo avait réuni les preuves de sa culpabilité. De Prague il gagna Amsterdam, où l’ITF avait son organisation centrale et s’installa à Anvers où il existait un groupe de marins résistants très important, pour lesquels il publia le journal Fahrt frei !, tout en collaborant à la Sozialistische Warte, l’organe de l’ITF. Ce fut l’époque où il se rapprocha des positions des Neu Beginnen tout en étant en re­lation avec Willi Eichler et l’ISK. Suspect aux autorités policières, Jahn se replia sur Luxembourg, où il équipa des ballons qui lançaient des tracts sur les territoires occupés. Lors de l’invasion allemande, il gagna à travers la France, l’Espagne et le Portugal Londres, où il poursuivit son action au séin de l’ITF qui y avait établi sa Centrale et entra en 1943 dans la Landesgruppe deutscher Gewerkschaften (LG), qui avait été mise sur pied par Gottfurcht et au sein de laquelle il participa aux travaux sur la reconstitution du syndicalisme allemand de l’après-guerre. Revenu en Allemagne avec les forces américaines et très hostile à la participation des communistes aux nouveaux syndicats, il devint rapidement président du syndicat des Transports, membre de la direction du DGB et fut élu au Bundestag en 1949.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216355, notice JAHN Hans par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 25 mars 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Forces of résistance inside Germany, 1943.

SOURCES : U. Esters, H. Pelger, Gewerkschafter im Widerstand, Hanovre, 1967. — J. Klein, Vereint sind sie alles ? Üntersuchungen zur Entstehung von Einheitsgewerkschaften in Deutschland, Hambourg, 1972. — W. Rœder, Die deutschen sozialistischen Exilgruppen in Grossbritannien 1940-1945, Hanovre, 1968. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément