KANEHL Oskar

Par Serge Cosseron

Né le 5 octobre 1888 à Berlin, mort le 28 mai 1929 à Berlin ; poète et militant communiste de gauche.

Fils d’un instituteur berlinois, Oskar Kanehl, après avoir étudié la littérature et la philosophie à Wurzbourg et à Greifswald, décida de s’installer à Wieck, un petit village sur la Baltique, d’où il publia une revue littéraire et politique d’inspiration expressionniste qui fut interdite dès le début de la guerre : les Wiecher Boten (1913- 1914), Intégré très tôt au cercle et à la revue de Pfemfert, Die Aktion, ïl en suivit l’évolution du pacifisme et de la critique de la social-démocratie au communisme. Militant actif pour la paix, même sous l’uniforme, peut-être membre du Conseil exécutif des conseils de soldats du front de l’Ouest, il adhéra au KPD jusqu’en oc­tobre 1919, pour entrer au KAPD puis à l’AAUE, et finalement au Spartakusbund linkskommunistischer Organisationen. Poète du mouvement communiste de gauche, il fut à maintes reprises publié dans les revues pacifistes et anarchistes. Poète du mouvement, de l’action et du combat, il utilisait sa verve satirique contre le KPD dans Völker hort die Zentrale (jeu de mots sur le célèbre appel à la lutte, massivement employé dans les années vingt : Völker (ou Proletarier) hört die Sig­nale), un ouvrage dans lequel il s’attaqua à la soumission du KPD face à Moscou. Ami de Pfemfert, il resta l’un des soutiens les plus fidèles de Die Aktion jusqu’à son suicide, sans doute pour des raisons de santé ; il était en effet gravement atteint par la malaria.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216367, notice KANEHL Oskar par Serge Cosseron, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 30 mars 2020.

Par Serge Cosseron

SOURCE : W. Fähnders, M. Rector, Linksradikalismus und Literatur. Untersuchungen zur Geschichte der sozialistischen Literatur in der Weimarer Republik, 2 vol., Reinbek, 1974.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément