KNÖCHEL Wilhelm

Par Jacques Droz

Né le 8 novembre 1889 à Offenbach, assassiné le 21 janvier 1944 à Brandebourg ; militant communiste, résistant antinazi.

Tourneur de profession, puis mineur, formé politiquement à l’école Lénine à Moscou, Wilhelm Knöchel milita à la section allemande de l’Internationale syndi­cale rouge, avant d’être envoyé à Hambourg pour y prendre la direction clandestine du parti. Il participa à la conférence « de Bruxelles », puis à celle « de Berne » qui le fit entrer dans le Comité central du Parti (1939) et le chargea de constituer à Amsterdam les cadres d’une nouvelle direction du parti en Allemagne. Après avoir pris contact avec Wehler à cet effet, Knöchel dut lutter contre les difficultés que lui créèrent l’obtention d’un visa et les suites de l’occupation de la Hollande par les armées allemandes. Grâce à l’appui du Hollandais Daan Goulooze qui s’était construit un réseau personnel, il parvint cependant à envoyer des missions en Alle­magne, notamment celle de Alfred Kowalke (1907-1944) qui avait déjà des rela­tions étendues dans les milieux résistants, notamment dans le groupe berlinois de Robert Uhrig. En janvier 1942, Wehler ayant été arrêté en Suède, Knöchel partit lui-même pour Berlin, mais y arriva au moment même où le groupe « Robby », sous la direction de Uhrig, venait d’être démantelé. S’il ne pouvait y constituer une nou­velle Reichsleitung au profit du KPD, il réussit à émettre nombre de journaux et de pamphlets qui, grâce à la complicité du personnel de Mitropa et des marins du Rhin, purent être l’objet d’échanges avec Stockholm et Moscou. Knöchel fit ainsi connaî­tre en URSS les formes diverses de l’action antifasciste, notamment celle de Beppo Römer et de nombreux groupements non-communistes. Un système de transmis­sion allait être organisé entre Berlin et Moscou, quand Knöchel fut arrêté avec son équipe (février 1943). La torture lui arracha, semble-t-il des renseignements pré­cieux qui permirent à la Gestapo, après l’arrestation d’E. Gentsch (1895-1944) qui avait été son principal collaborateur à Amsterdam, de mettre fin à l’activité du groupe. Knöchel, comme Kowalke, fut condamné à mort par le Volkstribunal et exécuté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216380, notice KNÖCHEL Wilhelm par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 2 avril 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : K. Bludau, Gestapo Geheim ! Widerstand und Verfolgung in Duisburg 1933-1945, Bonn, Bad Godesberg, 1973. — Duhnke, KPD, op. cit. — Lexikon, op. cit. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément