KUEHNE Otto

Par Jacques Droz

Né le 12 mai 1893 à Berlin, mort le 8 décembre 1955 à Brandebourg ; militant communiste, impliqué dans la Résistance française.

Métallurgiste, puis cheminot, Otto Kuehne entra en 1912 dans le syndicat du Rail, en 1919 à l’USPD, en 1920 au KPD, en 1925 au Comité central du Parti communiste, qui l’envoya comme représentant à Moscou avec Heinz Neumann. Il ne fut pas réélu au Comité central en 1927, mais exerça de 1931 à 1933 les fonc­tions de secrétaire de la fraction parlementaire du KPD. Obligé d’émigrer en 1933, il se rendit en Scandinavie, en URSS, puis en France d’où il s’engagea pour l’Es­pagne, comme commissaire dans la IIe Brigade internationale. Interné par les auto­rités françaises en 1939, il réussit à s’échapper et à regrouper dans le Massif central ceux qui avaient combattu avec lui en Espagne. En 1944, il fusionna avec le maquis gaulliste « Bir Hakeim » où il fut nommé lieutenant-colonel. Il joua plus tard un rôle dans la libération de Nîmes. Il devait à la fin de la guerre appartenir au Comité « Allemagne libre ».
A Berlin, où il revint en mai 1945, il exerça de hautes fonctions au ministère des Communications. Mais, en tant que émigrant à l’ouest, il fut relevé par le SED de ses charges en 1950 et mis en surveillance dans la ville de Brandebourg où, après une longue maladie, il mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216424, notice KUEHNE Otto par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 3 avril 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : K. Pech, An der Seite der Resistance. Zum Kampf der Bewegung Freies Deutschland für den Westen in Frankreich 1943-1945, Berlin, 1974. — Réfugiés et immigrés d’Europe centrale dans le mouvement antifasciste et la Résistance française 1933-1945 (colloque), Paris, 1986. — Weber, Wandlung, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément