MARR Ludwig

Par Jacques Droz

Né en 1809 à Hambourg, mort en 1904 ; écrivain néo-hégélien, ennemi de Weitling.

Fils d’un acteur célèbre, lui-même employé de commerce à Hambourg, Ludwig Marr émigra à Vienne, puis en Suisse où il devint membre de la Jeune Allemagne. Il trouva à Lausanne un groupe de Jeunes Allemands formés par l’ar­tisan Julius Standau et l’étudiant Hermann Döleke, réunis dans le Leman-Club. Ils s’étaient immiscés dans les milieux ouvriers suisses et se montraient ouverts à la propagande néo-hégélienne. Marr attaqua très vivement le communisme religieux de Weitling, considérant l’athéisme comme la base de toute action révolutionnaire qui devait, selon lui, conduire à la destruction totale de l’ordre existant et au rejet de toute autorité ; il mettait particulièrement en cause la croyance de Weitling en la venue d’un Messie, Malgré les efforts de certains compagnons de Weitling, comme Simon Schmidt, pour réconcilier les deux tendances, la rupture fut complète à la suite d’une réunion à Lausanne en juin 1844. Marr publia alors les Blätter der Gegenwart fur soziales Leben qui se caracterisaient par de violentes attaques, sous sa plume et celle de Döleke, contre l’Église et l’État. Le journal transférait la pensée de Feuerbach sur le plan social, tandis que ses œuvres étaient répandues en édi­tions populaires à travers tout le pays. Une polémique s’ouvrit entre le journal de Marr et la Fröhliche Botschaft der religiösen und sozialen Bewegung d’August Becker, qui défendait les positions religieuses de Weitling. Mais les mouvements révolutionnaires qui se manifestaient dans le canton de Waadt amenèrent les auto­rités fédérales à sévir contre la presse socialiste et contraignirent Marr à quitter la Suisse en août 1845. Revenu à Hambourg, il ne s’occupa plus de la question ou­vrière. Il devint plus tard un agent de Bismarck et un écrivain antisémite.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216463, notice MARR Ludwig par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 23 avril 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : W. Kowalski, Vom bürgerlichen Demokratismus zum Kommunismus. Zeitschriften aus der Frühzeit der deutschen Arbeiterbewegung (1834-1847), Berlin-Est, 1967. — E. Schraepler, Handwerkerbünde und Arbeitervereine 1830-1853, Berlin, New York, 1972.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément