MATERN Hermann

Par Jacques Droz

Né le 7 juin 1893 à Burg, près de Magdeburg, mort le 24 janvier 1971 à Berlin-Est ; militant communiste, homme d’État de la RDA.

Tanneur de profession, Hermann Matern entra en 1914 au SPD, en 1916 à l’USPD et en 1919 au KPD dont il devint leader politique (Polleiter) pour le district de Magdeburg-Anhalt. Il résida en 1928 à l’École Lénine à Moscou, pour ensuite revenir en Allemagne où il enseigna l’économie politique à l’École du parti à Dessau, reçut la direction politique en Prusse orientale et fut élu au Landtag prussien en 1932. Arrêté pour action illégale en 1934, il réussit à s’enfuir de sa prison de Stettin et gagna la Tchécoslovaquie où il prit la direction de la Rote Hilfe et participa à la campagne pour la libération de Thälmann. Il eut alors des conversations avec Stampfer et Wels en vue de la libération de prisonniers politiques, qui échouè­rent. Après divers séjours en Hollande, en Norvège et en Suède, Matern arriva en mars 1941 en Union soviétique, qui le dirigea vers les écoles « antifa » où l’on ap­prenait aux prisonniers allemands la responsabilité collective d’une nation qui n’a­vait rien fait pour se libérer de son tyran. Membre de Freies Deutschland, il fut l’un des signataires du manifeste du 13 juillet 1943 qui invitait le peuple allemand à se souvenir de la lutte menée en 1813 autour de Stein, Clausewitz et Yorck. Matern contribua également à définir quelles seraient les actions et stratégies à adopter par les militants du KPD après la victoire.
Revenu en Allemagne dans le groupe Ackermann, il eut la présidence du KPD en Saxe en 1945, puis fit carrière au Comité central du SED où, de 1949 à 1971, il exerça les fonctions de président de la commission centrale de contrôle. Dans la po­litique d’épuration, il fut le bras droit d’Ulbricht et nul ne contribua avec plus de ténacité à faire du SED un parti de cadres staliniens. Sa femme Jenny (1904-1960) qui l’avait accompagné dans son action de résistant et qui l’avait suivi à l’étranger pendant la période nazie, s’occupa principalement en RDA des questions relatives à la santé publique et au travail des femmes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216467, notice MATERN Hermann par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 17 juin 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Im Kampf für Frieden, Demokratie und Sozialismus. Ausgewähltee Reden und Schriften, 3 vol., 1963-1968.

SOURCES : L. Qiualo, « H. Matern » in P. Heider et alii., Lebendige Tradition. Lebensbilder deutscher Kommunisten und Antifaschisten, Berlin-Est, 1974. —é Lya Rothe, Hermann Matern. Aus seinem Leben und Wirken, Berlin-Est, 1981. — Lexikon, op. cit. — Rœder et Strauss, op. cit. — Weber, Wandlung, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément