NEES VON ESENBECK Christian, Gottfried

Par Jacques Droz

Né le 14 février 1776 à Erbach (Odenwald), mort le 16 mars 1858 à Breslau ; membre de la secte « catholique-allemande », révolutionnaire de 1848.

Élevé dans un milieu aristocratique amoureux de la nature, Christian Nees von Esenbeck, après avoir étudié la médecine à Iéna (1795-1798), s’établit à Kitzingen sur le Main où il fît collection de plantes et d’oiseaux, ce qui lui valut d’être nommé à l’Akademie für Naturforschung et d’enseigner la botanique à Erlangen, Bonn et Breslau. C’est dans cette dernière ville, où il publia une œuvre scientifique considérable, qu’il fît connaissance du mouvement du Deutsch-Katholizismus, dont il créa à Breslau une communauté particulièrement nombreuse et ac­tive, écrivant à son usage des ouvrages inspirés de l’anthropocentrisme de Feuer­bach et d’un égalitarisme socialiste, marqué moins par l’esprit de la Révolution française que par la « fraternité » chrétienne. l’Arbeiterverein qu’il mit sur pied à Breslau, fort de 1 200 membres, reçut pour organe les Fliegende Blätter (feuilles volantes) où Nees von Esenbeck se prononça pour la création d’un ministère du Travail chargé de résoudre les conflits entre le capital et les ouvriers. Sa situation personnelle à Breslau, soutenue par un puissant mouvement d’étudiants qu’animait Ferdinand Kampe, le futur historien du « catholicisme allemand », lui permit d’être élu à l’Assemblée prussienne en mai 1848, avec deux pasteurs de la communauté qui lui étaient profondément attachés. Il assista au congrès des Associations ou­vrières en juin 1848 et prit part à la fondation de l’Arbeiterverbrüderung de Born.
Il fut également envoyé au second congrès des démocrates allemands. Cette activi­té lui valut en 1851 une sanction disciplinaire : réduit à la misère, il dut vendre son herbier. Il resta cependant fidèle au Deutsch-Katholizismus, auquel il consacra encore plusieurs ouvrages.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216492, notice NEES VON ESENBECK Christian, Gottfried par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 30 avril 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : W. Leesch, Die Geschichte des Deutschkatholizismus in Schlesien (1844-1852) unter besonderer Berücksichtigung seiner politischen Haltung, Breslau, 1938. — F.W. Graf, Die Politisierung des religiösen Bewusstseins. Die bürgerlichen Religionsparteien im deutschen Vormärz. Das Beispiel des Deutschkatholizismus, Stuttgart, Bad Canstatt, 1978.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément