NORDEN Albert

Par Jacques Droz

Né le 4 décembre 1904 à Myslowitz (Silésie), mort le 30 décembre 1982 à Berlin-Est ; militant communiste, homme d’État de RDA.

Fils d’un rabbin, Albert Norden fit son apprentissage comme armurier à Elberfeld, où son père dirigeait une communauté et entra en 1921 au KPD, pour lequel il publia un journal destiné à la jeunesse juive et communiste du Wuppertal. Il di­rigea plusieurs journaux d’avant-garde communiste en Allemagne, fut plusieurs fois arrêté et, après un séjour à Moscou, fut appelé à Berlin à la direction de Die Rote Fahne en 1932. Mais, partisan des idées de Heinz Neumann, il fut à cette date rap­pelé à l’ordre par la direction du KPD. Pendant la période nazie, il émigra à Copen­hague, Paris, Prague et de nouveau Paris où il dirigea plusieurs journaux clandes­tins, enseigna à l’école de Draveil et soutint Heinrich Mann dans ses dernières ten­tatives pour grouper à Paris les forces antifascistes. Interné en 1940 au camp de Bassens, près de Bordeaux, il put s’enfuir et organisa à Toulouse, aux côtés de A. Abusch et de O. Niebergall, des groupes de résistance communistes. En 1941, il se rendit aux États-Unis où il ne tarda pas à jouer un rôle considérable dans les or­ganisations de réfugiés, notamment dans le Deutsch-Amerikanischer Kulturbund et le journal Germany Today et où il contribua à combattre l’hostilité des Américains contre les communistes. Il donna son appui au Council for a démocratic Germany fondé par le pasteur Tillich, qui préconisait une large orientation à gauche.
Rentré en 1945 dans le secteur soviétique, il prit la direction de plusieurs organisations de presse et dirigea le journal Deutschlands Stimme (La voix de l’Alle­magne). Cependant, en tant que juif et émigré à l’Ouest, il connut en 1952-1953 cer­taines difficultés dans sa carrière. En 1955, il entra au Comité central du SED dont il prit le secrétariat en 1958. Spécialiste des questions relatives aux rapports des deux Allemagne, il passe pour avoir déclaré le premier que les traités avaient donné naissance à deux nations allemandes distinctes : « Deutschland, aurait-il dit, n’est plus chez nous que le nom d’un hôtel de Leipzig. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216500, notice NORDEN Albert par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 11 mai 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Das Banner von 1813,1952. — Lehren deutscher Geschichte ; zur politischen Rolle des Finanzkapitals und der Junker, 1947. —So werden Kriege gemacht !, 1950. — Um die Na­tion. Beitrage zu Deutschlands Lebensfrage, 1952. — Zwischen Berlin und Moskau, 1954. — Die spanische Tragödie, 1956. — Fälscher. Zur Geschichte der deutsch-sowjetisçhen Beziehungen, 1959. — Die Nation und wir. Ausgewählte Aufsatze und Reden, 1964. — Der Mensch im Mittelpunkt. Ausgewahlte Aufsatze und Reden 1971-1978, 1979.

SOURCES : K. Pech, « La lutte commune du peuple allemand et du peuple français contre le fascisme hitlérien, 1933-1945 », in Cahiers de l’Institut Maurice Thorez, no. 27, 1972. — K.W. Fricke, Opposition und Widerstand in der DDR, Cologne, 1984. — Rœder et Strauss, op. cit. — Weber, Wandlung, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément