PETERSEN Jan

Par Jacques Droz

Né le 2 juillet 1906 à Berlin, mort le 11 novembre 1969 à Berlin-Est ; militant et écrivain communiste.

Fils d’un maçon qui appartenait au parti socialiste, lui-même tourneur et fabri­cant de machines, Jan Petersen s’engagea tôt dans le KPD et appartint à l’Union des écrivains révolutionnaires tout en collaborant à Die Linkskurve. Après 1933, il tenta de poursuivre ses activités ; il appartint à un groupe de quatre-vingts écrivains qui se réunissaient à Berlin au café du Hallisches Tor et qui étaient en relation avec la revue Neue Deutsche Blätter paraissant à Prague, publiant, grâce aux rapports se­crets envoyés par son amie Elfriede Brüning, de nombreux renseignements sur l’Allemagne résistante. Il dirigea également un journal, Stich und Hieb qui donnait la parole aux émigrés. En juin 1935, Petersen reçut l’ordre de comparaître à Paris au congrès international des écrivains où il siégea, masqué, aux côtés de Heinrich Mann. Il avait apporté à Paris le texte de son roman Unsere Strasse qui retraçait la vie des communistes dans le monde nazi et les procès dans lesquels ils furent im­pliqués, en soulignant les espoirs qu’ils pouvaient selon lui placer dans le soutien des masses. Son groupe de Résistance ayant été détruit, Petersen ne put regagner l’Allemagne, émigra en Suisse et, lorsque son extradition fut demandée, en Angle­terre où il exerça à Londres la présidence du Freier deutscher Kuiturbund. Parti pour le Canada, il y fut emprisonné en 1940-1941. De retour en Allemagne démo­cratique, il y écrivit plusieurs romans sur la Résistance, dirigea la Volksbühne et fut l’objet de multiples distinctions.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216511, notice PETERSEN Jan par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 mai 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Gestapo Trial, 1939. — Weg durch die Nacht. Erzählungen, 1944. — Unsere Strasse. Eine Chronik geschrieben im Herzen des faschistischen Deutschlands, 1933-1934,1947. — Und ringsum Schweigen, 1949.

SOURCES : Gisela Berglund, Deutsche Opposition gegen Hitler in Presse und Roman des Exils, Stockholm, 1972. — Durzak, op. cit. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément