PFEMFERT Franz

Par Serge Cosseron

Né le 20 novembre 1879 à Lötzen (Prusse orientale), mort le 26 mai 1954 à Mexico-City (Mexique) ; publiciste et militant du KAPD.

Après une enfance et des études à Berlin, Franz Pfemfert côtoya les cercles anarchistes de la capitale à partir de 1902, au sein desquels il put exprimer ses idées sociales et anticléricales. Après avoir animé l’hebdomadaire Der Demokrat, il se lança en février 1911 dans la rédaction de sa propre revue, Die Aktion pour laquelle il donna le meilleur de lui-même et qui constitua, à elle seule, un véritable miroir des interrogations allemandes pendant plus de vingt ans et ce jusqu’en 1932. Son premier sous-titre en explicite clairement le propos : Zeitschrift für freiheitliche Politik und Literatur (Revue pour une littérature et une politique libertaires). Au début essentiellement littéraire et liée au mouvement expressionniste, la revue et son édi­teur ne cessèrent d’appeler les artistes à s’engager en politique à mesure que la guerre se profila à l’horizon. Maintes fois ses prises de position contre le chauvi­nisme et le militarisme lui valurent interdictions et amendes. Pacifiste, socialiste critique envers les partis sociaux-démocrates, Pfemfert accueillit avec enthou­siasme la Révolution russe. Partisan convaincu des conseils ouvriers, il fit partie de la majorité antiparlementaire et antisyndicaliste du congrès de fondation du KPD, puis du KAPD en avril 1920. A partir de novembre 1918, la revue fut complètement consacrée au développement du mouvement révolutionnaire. De plus en plus criti­que envers le bolchevisme, il rompit avec le KAPD et soutint les thèses d’Otto Rühle. Après la disparition des groupes communistes de conseils, Pfemfert fonda en 1926 le Spartakusbund no. 2 et à partir de 1927, se rapprocha de Trotsky dont sa femme, russe d’origine (Alexandra Ramm), traduisait les textes. Après l’avènement du national-socialisme, il s’exila en Tchécoslovaquie, en France (1936), puis à New York à partir de 1940, avant de s’installer définitivement à Mexico où il vécut comme photographe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216512, notice PFEMFERT Franz par Serge Cosseron, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 mai 2020.

Par Serge Cosseron

ŒUVRE : Das Aktionsbuch, 1917. — Die Sozialdemokratie bis zum August 1914, 1918. — Die Parteidiktatur der III Internationale, 1920.

SOURCES : P. Raabe, Ich schneide die Zeitaus. Expressionnismus und Politik in Franz Pfemferts « Aktion », 1911-1918, Munich, 1964. — L, Peter, Literarische Intelligenz und Klassenkampf. « Die Aktion » 1911-1932, Cologne, 1972. — P. Pfemfert, Die Revolution-GmbH. Agita­tion und politische Satire in der « Aktion », Wissmar/Steinbach, 1973. — W. Faèhnders, M. Rector, Linksradikalismus und Literatur. Untersuchungen zur Geschichte der sozialistischen Literatur in der Weimarer Republik, 2 vol., Reinbek, 1974. — H. Donat, K. Holl, Hernies Handiexikon. Die Friedensbewegung, Düsseldorf, 1983. — J.D. Halliday, Karl Kraus, Franz Pfemfert and the First World War : a comparative study of « Die Fackel » and « Die Aktion » between 1911 and 1928, Passau, 1986. — Durzak, op. cit. — Rœder et Strauss, op. cit. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément