RADBRUCH Gustav

Par Claudie Weill

Né le 21 novembre 1878 à Lübeck, mort le 23 novembre 1949 à Heidelberg ; philosophe du droit, ministre social-démocrate de la Justice du Reich.

Fils d’un commerçant, Gustav Radbruch fît des études de droit et passa son habilitation à Heidelberg. En 1914, il fut nommé professeur extraordinaire à l’Université de Königsberg. Pendant la guerre il fut infirmier volontaire, puis officier au front. Nommé professeur de droit pénal à l’Université de Kiel en 1918, il incita les jeunes juristes à se mettre au service du nouvel État. Il entra alors en contact avec la social-démocratie et y adhéra après le putsch de Kapp. Élu député au Reichstag où il siégea jusqu’en 1924, il fut ministre de la Justice du Reich de novembre 1921 à novembre 1922 puis, pendant six mois à partir d’août 1923, dans le cabinet Stresemann. Hôte assidu des réunions de Hofgeismar, néo-kantien, il s’efforça de renouveler le droit allemand, élabora un projet de réforme du code pénal qui compor­tait de nombreuses propositions social-démocrates : suppression de la peine de mort, remplacement des peines de cachot par un emprisonnement sévère, traitement particulier pour les délits d’opinion, etc. Il obtint aussi l’accès des femmes aux professions juridiques. A partir de 1926, il fut professeur de droit pénal à Heidelberg où il exerça une grande influence sur ses étudiants. Il fît partie du conseil de rédac­tion des Neue Blätter für den Sozialismus. Le 28 avril 1933, il fut le premier profes­seur à être relevé de ses fonctions par les nazis. Il se persuada dès lors de l’existence d’un droit supra-légal. Doyen de la faculté de droit de Heidelberg en 1945, il rejoi­gnit le SPD mais ne se manifesta plus désormais sur la scène politique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216520, notice RADBRUCH Gustav par Claudie Weill, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 mai 2020.

Par Claudie Weill

ŒUVRE : Einfuhrung in die Rechtswissenschaft, 1910. — Rechtsphilosophie, 1914. — Kulturlehre des Sozialismus. Ideologische Betrachtungen, 1922. — Feuerbach, 1934. — Gestalten und Gedanken, 1944. — Der Geist des englischen Rechts, 1946. — Vorschule der Rechtsphilosophie, 1948. — Der innere Weg (autobiographie), 1951. — Gesamtausgabe, éd. par A. Kaufmann, 1987. — Biographische Schriften, prés, par G. Spendel, 1988.

SOURCES : F. von Hippel, Gustav Radbruch als rechtsphilosophischer Denker, Heidelberg, 1951. — A. Kaufmann, Gustav Radbruch, Rechtsdenker, Philosoph, Sozialdemokrat, Zurich, Munich, 1987. — Osterroth, op. cit. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément