DEBEAUVAIS Michel, Marc

Par Marie-Ange Rauch-Lepage

Né le 10 janvier 1922 à Saint-Quentin (Aisne) ; mort le 13 décembre 2012 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) ; haut fonctionnaire puis professeur d’université en sciences de l’éducation ; résistant, déporté ; un des fondateurs du Club Jean Moulin.

Issu d’un milieu d’industriels catholiques, Michel Debeauvais poursuivit des études supérieures en lettres, économie et sciences politiques. Il fut admis à l’ENS en 1942 et à l’ENA en 1947. Résistant engagé dans l’ORA (Organisation de résistance de l’Armée ) dans le réseau Hector, sous le pseudonyme de Crancé, à Lyon, dès sa création début 1943, passé au maquis de la Drôme au Grand Serre, il fut arrêté par la Gestapo en octobre 1943 puis déporté à Buchenwald jusqu’en 1945. Survivant, il fut homologué forces françaises combattantes (FFC), forces françaises de l’intérieur (FFI), déporté et interné de la résistance (DIR).

À la Libération, il fit partie de la première promotion de l’ENA ("France combattante", 1945-1947) puis entra au ministère des Affaires étrangères (relations culturelles et coopération technique) où il resta jusqu’en 1958. Après cette date, il quitta le parcours traditionnel du fonctionnaire pour se spécialiser dans les problèmes d’éducation des pays sous-développés. Avec Alfred Sauvy, il proposa la notion de Tiers-monde par analogie avec le Tiers État, dans un numéro spécial de la revue Population en 1958.

En 1958, il fit partie des fondateurs du Club Jean Moulin. À la demande de Joffre Dumazedier, il créa les universités d’été de Peuple et Culture qu’il assuma jusqu’en 1966. Maître de conférences à l’Institut d’études politiques de 1948 à 1952, il fut également à l’origine de l’Institut de développement économique et social (IDES). En février 1952, il fut nommé consul adjoint à Anvers. Alors marié à Sonia Debeauvais*, il rencontra Jean Vilar durant une tournée du TNP. Ce dernier lui demanda d’organiser les rencontres du festival d’Avignon en 1964. Jusqu’en 1969, il anima ces colloques annuels sur la culture, qui réunissaient à la fois les acteurs culturels et sociaux et les représentants de l’État.

Chef de division à la direction des affaires scientifiques de l’OCDE de 1965 à 1969, détaché auprès du ministère de l’Éducation nationale, il fut chargé d’établir le plan pédagogique de l’université de Vincennes. Il y fut professeur en sciences de l’éducation jusqu’en 1977, puis à nouveau en 1982. Il devint directeur général des relations culturelles du ministère des Affaires étrangères de 1985 à 1987, président du Conseil mondial des associations d’éducation comparée de 1983 à 1988, membre du comité exécutif à partir de 1988, président d’honneur de l’Association francophone d’éducation comparée, membre émérite de l’Academia Europea depuis 1991.

Après son décès, Guy Berger s’exprimait ainsi : "Michel Debeauvais fut en permanence porteur de la conviction que rien ne pouvait avancer et se développer , ni en termes de savoir, ni en termes de justice, ni en termes de paix, si ne se constituait pas un milieu intellectuel et savant, capable à la fois d’imagination, d’invention et d’un exercice sourcilleux de la pensée critique. Dans ces champs particuliers qui sont ceux de la culture, de l’éducation, du développement social aux quels il se consacra , il y ajoutait l’idée forte que ce milieu intellectuel et savant devait nécessairement comprendre, associer, entendre ceux qui en étaient les praticiens et les véritables inventeurs au fil de leur action quotidienne. À partir de cette conviction, Michel Debeauvais fut un infatigable créateur d’organisations et d’institutions et un inlassable animateur de rencontres."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21662, notice DEBEAUVAIS Michel, Marc par Marie-Ange Rauch-Lepage, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 novembre 2021.

Par Marie-Ange Rauch-Lepage

ŒUVRE : L’Université ouverte : les dossiers de Vincennes, Presses universitaires de Grenoble, 1976.

SOURCE : SHD, Vincennes, GR 16 P 161675, SHD/ GR P 28 4 444 74 ; Caen SHD/ AC 21 P 629856. — Biographie par Guy Berger, sur le site de l’Association francophone internationale de recherche scientifique en éducation. — Entretien avec l’intéressé. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément