BORNIER Eugène [BORNIER Eugène, Aimé]. Pseudonyme : Sol, Curé, Souche, Eugène Barrère

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 12 novembre 1911 et mort le 13 août 1988 à Saint-Etienne (Loire), maître imprimeur, résistant.

Fils de Paul Bornier, représentant de commerce, et Annie Courtial, Eugène Bornier était bachelier (lettres et droit). Une partie de sa famille travaillait dans les industries graphiques : son oncle maternel Eugène Courtial était maître imprimeur à Saint-Etienne ; son grand-père paternel Auguste Bornier était lithographe et son épouse Françoise Gérard était relieuse : ils étaient propriétaires de l’imprime Bornier, 46 rue Gambetta à Saint-Etienne.
A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, Eugène Bornier et son beau-frère Raymond de Mans rachetèrent l’imprimerie Ménard (fondée en 1853), à Saint-Etienne (21 rue de Montbrison), rebaptisée l’imprimerie Bornier-De Mans. L’entreprise avait une annexe à Firminy (Loire, 43 rue Jean-Jaurès). Elle est spécialisée dans le cartonnage.
Au début de l’occupation, Bornier imprima des tracts clandestins dont L’Espoir de Jean Nocher en 1940 et le journal clandestin 93. Louis Cruvillier, pour Témoignage chrétien, fit appel à Bornier pour composer, imprimer la couverture et brocher le 2e numéro Cahiers du Témoignage chrétien, imprimé par Martinet à Villeurbanne, avant que tous les travaux pour cette revue soient confiés à Eugène Pons.
En août 1941, Bornier prit contact avec la France libre et intégra le réseau Action. Il participa au réseau TIR jusqu’en mars 1942 puis prit la direction du réseau Sol (R2) en avril. Menacé, il rejoignit Londres en septembre 1943. En janvier 1944, il fut parachuté dans le sud-ouest de la France. Blessé, il rejoignit au bout de quelques semaines le réseau Action R2 (Archiduc).
A la Libération, Bornier reprit la direction de l’imprimerie Bornier-De Mans.
Bornier a été fait chevalier puis officier de la Légion d’honneur, a été décoré de la médaille de la résistance et de la croix de guerre.
Eugène Bornier avait épousé Alice Fayolle de Mans le 20 décembre 1939 à Saint-Etienne. Le couple eut deux enfants : Anne-Marie (1940) et Paul (1942).
L’imprimerie Bornier-De Mans a fermé ses portes en 1975.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216678, notice BORNIER Eugène [BORNIER Eugène, Aimé]. Pseudonyme : Sol, Curé, Souche, Eugène Barrère par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 8 juin 2019, dernière modification le 6 mars 2021.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCE : SHD GR 16 P 74621 ; - Musée de la résistance en ligne 1940-1945.

Version imprimable Signaler un complément