JUMEL René, Marcel

Par Gilles Pichavant

Né le 12 septembre 1890 aux Lilas (Seine, Seine-Saint-Denis), mort le 18 juillet 1984 à Champigny (Val de Marne) ; ouvrier boucheur à l’émeri ; syndicaliste CGT, puis CGTU, à Paris.

Fils d’un ouvrier coupeur en chaussure et d’une couturière, René Jumel naquit aux lilas. Il était le frère cadet de Fernand Jumel, lui aussi boucheur à l’émeri, qui devint secrétaire du syndicat avant guerre, et qui mourut en 1915.

Incorporé au 35e régiment d’infanterie le 9 octobre 1911, et libéré le 2 novembre 1913, René Jumel fut mobilisé au 31e RI le 1er août 1914. Il fut blessé par balle le 3 mars 1915 à Vauquois (Meuse), celle-ci provoqua la fracture de l’humérus droit, entrainant raccourcissement du membre de 2 cm, et limitant la flexion du coude. Le 6 janvier 1916, il fut affecté spécial aux établissements Blum, 2 rue de Longchamps à Suresnes. Le 1er juillet 1917, malgré son handicap, il fut affecté au 23e régiment d’infanterie coloniale. Enfin le 3 février 1919, il fut affecté à la Société parisienne de verrerie. Il fut démobilisé le 3 septembre suivant.

Redevenu ouvrier boucheur à l’émeri, René Jumel devint lui aussi un militant du syndicat des boucheurs à l’émeri de Paris, affilié fédération nationale CGT des travailleurs du verre. En février 1921, il remplaça Herman, démissionnaire, au poste de secrétaire du syndicat. En février 1922, dans l’Humanité, il signala que le syndicat des boucheurs à l’émeri, réuni en assemblée générale, avait « approuvé son délégué au congrès unitaire ». « Si l’intransigeance des gens de la rue Layette l’exige, il organisera » [ajouta-t-il] « un congrès corporatif des verriers où se détermineront les directives d’une nouvelle fédération ».

Militant unitaire, lors du congrès de la Fédération unitaire des travailleurs du verre, tenu à Vierzon (Cher) en juillet 1926, il fut élu (ou réélu) membre de la commission exécutive de la fédération.

Pourrait se confondre avec René Jumel* qui fut secrétaire général de la fédération CGT des travailleurs du verre à la Libération. Celui-ci fut écarté de ses responsabilités quelques temps après le congrès d’Albi (1948), et remplacé par Abel Champion*.

Il s’était marié le 25 mars 1911 à Paris avec Irma Albertine Kronneur. Il mourut le 18 juillet 1984 à Champigny (Val de Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216746, notice JUMEL René, Marcel par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 10 juin 2019, dernière modification le 10 octobre 2019.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : La Voix des Verriers, mars 1921 (BNF). — L’Humanité, 8 février 1922, 1er août 1926. — Verre l’Avenir, de Lucien Jeanperrin, impr. Dumas, Saint-Étienne, décembre 1991. — Mairie de Paris, classe 1910 registre matricule 1514, cote D4R1 1554

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément