SCHIFF Victor

Par Jacques Droz

Né le 21 février 1896 à Paris (France), mort le 14 juin 1953 à Rome (Italie) ; journaliste social-démocrate antinazi.

Fils d’un journaliste, Victor Schiff adhéra en 1917 au SPD et appartint à la di­rection du Vorwärts de 1920 à 1933. Exilé en France, homme de confiance de Breitscheid et correspondant du Daily Herald, il avait l’audience de la SOPADE pour laquelle il écrivit dans le Neuer Vorwärts. Lié avec Münzenberg dans le Rassem­blement pour la paix, il se prononça pour la politique du Front populaire avec les communistes, ébauchée dans les rencontres de l’hôtel Lutetia et à laquelle il s’efforça de convertir ses collègues de la SOPADE de Prague. Émigré en juillet 1940 à Londres, inscrit dans le groupe de travail Deutschland und Europa nach dem Kriege (L’Allemagne et l’Europe après la guerre), il ne tarda pas à adopter une at­titude « social-patriotique » contre une paix imposée à l’Allemagne, mettant l’ac­cent sur la responsabilité des puissances occidentales dans l’avènement du natio­nal-socialisme et s’opposant à la thèse de la responsabilité collective du peuple allemand : position qui provoqua sa rupture avec Kurt Geyer et le mit en conflit avec les vansittartistes qui s’efforçaient de conquérir le Labour Party. Schiff se prononça par contre pour un rapprochement avec l’URSS, afin de faire pièce aux projets des Alliés de dépecer l’Allemagne après la guerre ; il adhéra à la Freie Deutsche Bewegung (FDB), d’inspiration communiste, à laquelle collaboraient du côté socialiste Heinrich Franckel et du côté communiste Wilhelm Kœnen. Mais quand il apprit les projets de Staline sur l’agrandissement de la Pologne au détriment de l’Alle­magne, il accusa le FDB de « super-vansittartisme » et le quitta pour réintégrer le SPD, qui ne l’avait d’ailleurs jamais rayé de ses membres. Après la guerre, Schiff fut correspondant du Daily Herald à Rome.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216857, notice SCHIFF Victor par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 15 mai 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : W. Rœder, Die deutschen sozialistischen Exilgruppen in Grossbritannien 1940-1945, Bonn, Bad Godesberg, 1968. — A. Glees, Exile politics during the Second World War. The German Social-Democrats in Britain, Oxford, New York, Toronto, 1982. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément