SCHRÖDER Louise

Par Jacques Droz

Née le 2 avril 1887 à Altona, morte le 4 juin 1957 à Berlin ; militante social-démocrate, maire de Berlin.

Originaire d’une famille pauvre, employée d’une société d’assurances, Louise Schröder était entrée à l’âge de vingt-trois ans dans la direction du SPD à Altona. Élue à l’Assemblée nationale en 1919, elle s’occupa surtout des problèmes de la femme, de la jeunesse et des invalides de guerre, aida Marie Juchacz à mettre sur pied l’Arbeitsgemeinschaft et enseigna à la Hochschule für Politik. Députée du Schleswig-Holstein au Reichstag de 1920 à 1933, elle appartint également à l’U­nion interparlementaire. A l’époque du régime nazi où elle fut placée sous la sur­veillance de la police, elle travailla dans des affaires de textile et de bâtiment. Très éprouvée par la guerre, elle prit cependant une partie active dans la reconstruction du SPD à Berlin, soutint la ligne de Dahrendorf contre celle de Grotewohl et publia avec Otto Suhr la revue Das sozialistische Jahrhundert. Nommée en octobre 1946 remplaçante de Reuter lorsque les Soviets s’opposèrent à sa nomination comme maire de Berlin, nommée ensuite regierender Bürgermeister, elle prit part à la défense de la ville contre le blocus soviétique, ce qui lui valut une vaste popu­larité : le conseil municipal l’appela à l’unanimité à sa présidence. Lorsque Reuter fut élu bourgmestre de Berlin-Ouest en décembre 1948, elle garda des fonctions im­portantes au Bundestag, au Conseil de l’Europe, à la direction de la Croix-Rouge, à l’Union parlementaire franco-allemande, etc. Lors de son soixante-dixième anni­versaire, elle fut nommée citoyenne d’honneur de Berlin et docteur honoris causa de son Université. Ses cendres furent transportées à travers la RDA jusqu’à Altona où se trouvait le tombeau de ses parents.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216873, notice SCHRÖDER Louise par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 19 mai 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Die Frau und der Sozialismus, 1946. — Ein Frauenleben unserer Zeit, 1956.

SOURCES : G. Kotowski, H.J. Reichhardt, Berlin als Hauptstadt im Nachkriegsdeutschland und Land Berlin 1945-1985, Berlin, New York, 1987. — J.C. Buffet, Le blocus de Berlin. Les Al­liés, l’Allemagne et Berlin 1945-1949, Thèse, Paris, 1987. — Osterroth, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément