SOMBART Werner

Par Jacques Droz

Né le 19 janvier 1863 à Eisleben, mort le 19 mai 1941 à Berlin ; économiste préoccupé par les questions sociales.

La père de Werner Sombart avait siégé au Landtag de Prusse et au Reichstag comme député libéral et avait été l’un des fondateurs du Verein für Sozialpolitik. Lui-même fit des études juridiques à Pise et Berlin, d’économie politique à Berlin et Rome. L’influence essentielle qui s’exerça sur lui fut celle des socialistes de la chaire Schmoller et Wagner. D’abord nommé syndic de la Chambre de commerce de Brême grâce aux relations de son père, il poursuivit une brillante carrière univer­sitaire à l’Université de Breslau, puis à la Chambre de commerce de Berlin, enfin à l’Université de Berlin à partir de 1918. Qu’ils eussent porté sur la pensée sociale ou sur l’application politique du socialisme, ses travaux, proches du marxisme dans une première période, s’en détournèrent progressivement et adoptèrent une attitude de plus en plus conservatrice. Cela fut vrai en particulier de son livre Sozialismus und soziale Bewegung im 19ten Jahrhundert, dont l’édition de 1896 était favorable à une politique réformatrice mais qui, traduit en vingt-quatre langues et doté de vingt éditions, se transforma par bonds successifs en un ouvrage antimarxiste. Sa principale œuvre scientifique, Der moderne Kapitalismus (1902), qui distinguait trois périodes dans son histoire, Früh-, Hoch- et Spätkapitalismus où se mêlaient considérations matérialistes et « idéalistes », manifesta également une position de plus en plus favorable à l’économie établie. Sous le régime nazi, auquel il se rallia d’abord pour prendre ensuite ses distances, il fut amené à changer certaines de ses thèses, notamment sur le rôle des juifs dans l’économie ; les nazis ne le considérèrent jamais comme l’un des leurs, mais il fut toléré que son livre Deutscher Sozialismus (1934) soit réédité et il pouvait enseigner à l’Université de Berlin jusqu’en 1939. Sur le plan scientifique, son œuvre fut hautement appréciée, mais il ne réussit pas à constituer une école.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216908, notice SOMBART Werner par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 28 mai 2020.

Par Jacques Droz

SOURCES : F. Perroux, « Le socialisme allemand d’après Werner Sombart », in Des mythes hitlériens à l’Europe allemande, Paris, 1940. — W. Krause, Werner Sombarts Weg vom Kathedersozialismus zum Faschismus, Berlin-Est, 1962 (avec bibliographie de Werner Som­bart). — B. vom Brocke, « Werner Sombart », in Deutsche Historiker, éd. par H.U. Wehler, t. V, Gôttingen, 1973. — J. Kuczynski, « Werner Sombart », in International Encyclopedia of the So­cial Sciences, éd. par D.L. Sills, vol. 15,1968. — F. Raphaël, Judaïsme et capitalisme : essai sur la controverse entre Max Weber et Werner Sombart, Paris, 1982. — J. Herf, Reactionary modernism : technology, culture and politics in Weimar and the Third Reich, Cambridge, 1986. — Sombarts moderner Kapitalismus, éd. et introd. par B. vom Brocke, Munich, 1987. — BLDG, op. cit. — Benz et Graml, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément