STERNBERG Fritz

Par Jacques Droz

Né le 11 juin 1895 à Breslau, mort !e 18 octobre 1963 à Munich ; économiste social-démocrate de gauche.

Issu d’une famille juive aisée, Fritz Sternberg fit ses études d’économie à Bres­lau et soutint une thèse de doctorat sur l’émigration juive en Palestine sous la direction d’AdoIf Weber (1917). D’abord assistant de Oppenheim à l’Université de Francfort, il s’orienta à partir de 1924 vers des travaux d’économie politique, no­tamment sur les crises du système capitaliste où il s’inspira des idées de Rosa Luxemburg. Il participa à la rédaction de Die Weltbühne et acquit une influence considérable dans les milieux universitaires, en particulier au sein d’un groupe d’é­tudiants colonais qui, sous la direction d’Arthur Goldstein, publiaient Der Rote Kämpfer. C’est à travers ce groupe qu’il entra dans la Sozialistische Arbeiterpartei Deutschlands (SAPD) dont il définit le programme économique qui devait fournir à la classe ouvrière, à travers les conclusions de son livre Der Imperialismus, un nouvel objectif d’action révolutionnaire à court terme et qui ne laissait d’autre al­ternative que « socialisme ou barbarie ». En 1933, il fit partie du Comité directeur du SAPD. Après la prise de pouvoir par Hitler, il émigra à Prague, à Vienne, à Bâle, puis à Paris où il participa à la tentative de Front populaire allemand, enfin aux États-Unis où, à la fin de la guerre, il entra dans le Council for a Democratic Germany (CDG) de Paul Tillich. Devenu citoyen américain, il demeura aux États-Unis, mais voyagea fréquemment en Allemagne et en Autriche où tl préconisait une troisième voie entre les États-Unis et l’URSS. Aux États-Unis, il publia de nom­breux ouvrages sur l’impérialisme et l’accumulation capitaliste qui contribuèrent à sa notoriété scientifique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article216918, notice STERNBERG Fritz par Jacques Droz, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 28 mai 2020.

Par Jacques Droz

ŒUVRE : Grimmelshausen und die deutsche satirisch-politische Literatur seiner Zeit, 1913. — Der Imperialismus, 1926. — Das Problem des Reformismus, 1929. — Der Niedergang des deutschen Kapitalismus, 1932. — Der Faschismus an der Macht, 1935. — From Nazi sources : Why Hitler can’t win, 1939. — How to stop the Russians without war, 1948. — Kapitalismus und Soziatismus vor dem Weltgericht, 1951 (trad. franç. par J. Rovan, 1951). — Marx und die Gegenwart. Entwicklungstendenzen in der zweiten Hälfte des zwanzigsten Jahrhunderts, 1955. — Die militarische und die industrielle Revolution, 1957. — Wer beherrscht die zweite Hälfte des 20. Jahrhunderts ?, 1961.

SOURCES : « Entretiens avec Trotski », in Le Contrat social, no. 4, juillet-août 1964. — O. Ihlau, Die roten Kämpfer Ein Beitrag zur Geschichte der Arbeiterbewegung in der Weimarer Republik und im Dritten Reich, Meisenheîm am Glan, 1969. — J. Radkau, Die deutsche Emigra­tion in den USA, Düsseldorf, 1971. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément