GRABANIA Jan

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 10 septembre 1927 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), mort en action le 8 septembre 1944 à Autun (Saône-et-Loire) ; mineur aux houillères ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) du régiment Valmy.

Jan Grabania était le fils de Valentin, ouvrier mineur et de Tatiana Stadnik, sans profession. Il était apprenti tourneur et était célibataire. Il était domicilié à Montceau-les-Mines.
Il entra dans la Résistance après le débarquement du 6 juin, aux Francs-tireurs et partisans français du régiment Valmy qui prit part aux combats pour la libération d’Autun.
Le vendredi 8 au matin, sans attendre les armées régulières qui approchaient, 4 bataillons du régiment se lancèrent sous la pluie à l’assaut de la ville d’Autun. L’attaque échoua et les allemands se vengèrent sur les résistants prisonniers qu’ils fusillèrent. Vingt-sept hommes du bataillon Pietro furent capturés et massacrés à onze heures dans les jardins de l’institution Saint-Lazare. Jan Grabania se trouvait parmi eux.
Le 10 septembre Autun était libérée par l’action conjuguée des FTP du régiment Valmy, des FFI du sud-ouest (colonne Schneider, Corps-franc Pommiès) et des maquis de Saône-et-Loire (Serge, Maurice, Socrate) renforcé par le 2e dragons du lieutenant-colonel Demetz, avant-garde de l’armée B du général de Lattre.
L’acte de décès fut dressé le 20 septembre 1944 sur la déclaration de Laurent Lassalle, économe des hospices, à Autun.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès le 9 juillet 1945.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR) [SHD Vincennes dossier GR 16 P 266634].
Son nom figure sur la plaque commémorative aux FFI apposée contre le mur du cimetière, à Autun et sur le monument aux morts, à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217078, notice GRABANIA Jan par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 16 juin 2019, dernière modification le 7 janvier 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Site Résistance polonaise en Saône-et-Loire.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance polonaise en France (2013).— Journal de Saône-et-Loire du 11 septembre 2001 Trois jours de combats pour libérer la ville et Traces de mémoire, supplément au journal de Saône-et-Loire du 31 août 2004.— Bataille d’Autun sur Internet.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément