UNRUH Fritz von

Par Serge Cosseron

Né le 10 mai 1885 à Coblence, mort le 28 novembre 1970 à Diez an der Lahn ; officier, écrivain et journaliste pacifiste.

Avant et pendant la Première Guerre mondiale, ses expériences guerrières en tant qu’officier de la Marine firent de Fritz von Unruh, qui pourtant avait servi dans un régiment de cadets avec les fils de Guillaume II, un antimilitariste convaincu. Tant dans ses poèmes et ses romans expressionnistes que dans son activité journa­listique, il dénonça l’inhumanité de la guerre et l’esprit de caste des officiers prus­siens. Déplus, il s’attaqua à la perversion de certaines vertus comme le sens du de­voir, utilisées à des fins militaires et ne cessa d’appeler à une résurrection morale de l’Allemagne. Personnalité indépendante, Fritz von Unruh fut cosignataire du ma­nifeste international contre le service militaire (1926) avec le social-démocrate Paul Lobe et Albert Einstein. En 1932, celui qu’on appelait le « soldat de la paix » fonda une organisation de combat des partis républicains et socialistes : le « front d’acier » destiné à s’opposer aux troupes de choc national-socialistes (il n’y a pas de rapport entre l’Eiserne Front créée par von Unruh et celle mise sur pieds en 1931 par certains membres du SPD). Contraint à l’exil en 1933, il se réfugia d’abord en Italie, puis en France où il fut interné en 1940. En passant par l’Espagne, il se rendit aux États-Unis. De retour en République fédérale en 1948, il reçut le prix Goethe en 1952, mais rapidement ses critiques contre « la militarisation accélérée de l’État de Bonn » lui valurent des réponses virulentes de la part de la presse et de l’establish­ment. En 1961, il reçut une invitation de la RDA. A travers ses appels à la paix et à la concorde, il s’affirma au fil des ans comme une conscience morale de l’Alle­magne. Désillusionné, il partagea sa vie entre les États-Unis, la Riviera française et Diez an der Lahn.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217131, notice UNRUH Fritz von par Serge Cosseron, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 9 juin 2020.

Par Serge Cosseron

ŒUVRE : Dramen, 1960. — Mächtig seid ihr nicht in Waffen. Reden, 1957. — Sämtliche Werke, prés, par H.M. Elster, 20 vol., 1970ss. — Dramen, 1, 1987.

SOURCES : B.F. Rasche (éd.), Fritz von Unruh, Rebell und Verkünder. Der Dichter und sein Werk, Francfort, Vienne, Zurich, 1965. — W. Rothe (éd.), Expressionismus als Literatur, Berne, 1969. — Ina Gœtz, Tradition und Utopie in den Dramen Fritz von Unruhs, Bonn, 1975. — D. Kasang, Wilhelminismus und Expressionismus. Das Frühwerk Fritz von Unruhs 1904-1921, Stuttgart, 1980. — H. Donat, K. Holl, Hermes Handiexikon. Die Friedensbewegung, Düssel­dorf, 1983. — Durzak, op. cit. — Rœder et Strauss, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément