WILLICH August von

Par Pierre Ayçoberry

Né le 19 novembre 1810 en Posnanie, mort le 22 janvier 1878 à Saint- Mary (Ohio, États-Unis) ; militant communiste, ami, puis adversaire de Marx.

Fils d’un sous-préfet prussien, élevé par son oncle, le célèbre théologien Schleiermacher, il entra dans le corps des cadets et devint lieutenant d’artillerie. En 1847, en garnison à Wesel, il se solidarisa avec Anneke et fut contraint de démis­sionner, d’autant qu’il avait entretenu des contacts avec des cercles culturels popu­laires. Privé de pension, il prit à Cologne le métier de charpentier, mais ne cessa d’utiliser ses relations dans l’armée pour y faire de l’agitation. Membre de la cellule locale de la Ligue des communistes, il fut avec Gottschalk l’organisateur de la ma­nifestation du 3 mars 1848, à la suite de laquelle il fut emprisonné deux semaines. Fin avril, il participa aux combats du pays de Bade. Réfugié en Suisse, puis en France, il organisa à Besançon une compagnie de travailleurs allemands avec la­quelle il participa à la deuxième insurrection de Bade (mai-juillet 1849) ; il en retira l’auréole d’un héros.
De l’été 1849 à la fin de 1852, son exil à Londres fut marqué par une intense ac­tivité et par des dissensions croissantes avec K. Marx. A la différence de celui-ci, von Willich était persuadé qu’une révolution européenne était encore possible dans l’immédiat. Dans ce but, il multiplia les projets de conspiration avec des émi­grés de toutes tendances comme Kinkel, Schurz, Blanqui, lança des appels à la rébellion des réservistes prussiens mobilisés en décembre 1850, lança un « emprunt national allemand » chez les émigrés d’Amérique, etc. Son prestige et sa facilité de manières lui assurèrent l’attachement des ouvriers allemands de Londres, de Paris et, d’après des sources policières, de plusieurs autres villes en France, en Suisse et en Allemagne : véritable réseau qui s’opposa à celui des amis de Marx. La Ligue des communistes elle-même fut coupée en deux ; tandis que Marx transféra « l’au­torité centrale » à Cologne, von Willich en dirigea une deuxième à Londres.
La polémique, qui ne recula de part et d’autre devant aucun procédé, se pour­suivit même après le départ de von Willich pour les États-Unis, dans les colonnes de la presse germano-américaine. Lors de la guerre de Sécession, il mit sur pied un régiment de l’armée nordiste et fut nommé général de brigade. Blessé en 1864, il se retira dans l’Ohio et milita dans les rangs du Parti républicain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article217161, notice WILLICH August von par Pierre Ayçoberry, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 15 juin 2020.

Par Pierre Ayçoberry

ŒUVRE : Ein Disziplinarverfahren gegen Premierleutnant von Willich, 1846. — Impreussischen Heere, 1849.

SOURCES : E. Schraepler, Handwerkerbünde und Arbeitervereine 1830-1853, Berlin, 1972. — BLDG, op. cit. — Lexikon, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément